140 caractères Blog

0

Les miettes du monde (liar, liar, pants on fire)

Alors que Twitter devient pour beaucoup d’entre nous une source d’informations parmi d’autres, on dirait bien que les garde-fous ont été oubliés au passage. Les miettes d’information s’amoncellent en montagnes de désinformation. Avons-nous à ce point désappris à mettre en question, à vérifier, à interroger, pour que la masse suffise à faire preuve?

0

Des canards

Les 140 caractères se sont mués en 140 pages et plus: la première reprise de mon inédit s’achève. Et je me demande: pourquoi twitter au milieu de cette épopée? Twitter est devenu comme une sucrerie, le genre canard, petit sucre gorgé de café à laisser fondre sur la langue en se disant qu’on ne devrait pas, et en essayant de se rappeler comment c’était, enfant, de glaner un canard sans avoir à se dire qu’on ne devrait pas.

0

Le nom et l’être

Dans ma timeline, il y a des gens qui se cachent derrière un pseudonyme: parfois je sais qui c’est, parfois je me dis que je devrais avoir reconnu les gens, mais je ne sais pas. Cela concerne finalement un nombre considérable de personnes avec qui j’échange. À tâtons, donc. Il y a aussi des personnalités sur twitter dont l’anonymat fait la force (Maître Éolas en France, Erbloggtes dans le milieu scientifique germanophone). Ils ont si bien réussi à construire leur personnage numérique que c’est le charme de la chose de ne pas en savoir plus. Il y a des indices parfois...

0

Photos d’une ville, photos d’une vie

J’avoue: twitter ne m’inspire plus beaucoup ces derniers temps. Quelque chose s’est usé, rien de neuf, rien qui saute aux yeux dans ce défilé des messages qui continue inlassablement à s’allonger. Je ne quitte personne, je rajoute quelques poètes en tweets, je lis, j’explore, je zappe, je reconstruis des discussions, je voudrais  m’y plonger, mais finalement m’y ennuie. La seule chose qui m’attire encore l’oeil, ce sont les images de beaux livres ou de détails de manuscrits. Je voulais d’ailleurs écrire un post de blog à ce sujet, sur les fait que certaines images semblent faites pour êtres tweetées. 

0

Saisir l’instant

Lors des congrès, il y a traditionnellement un moment de socialisation autour d’une visite guidée: brasserie, cave, tour en bateau sur le fleuve qui traverse la ville… en général, le défi pour les organisateurs consiste à trouver une visite en lien avec le thème du congrès, ce qui n’est pas toujours évident. Lors de la conférence annuelle de la Text Encoding Initiative qui s’est tenue à Lyon la semaine dernière, il était question d’encodage numérique de textes. Quoi de plus adéquat, dès lors, que d’aller visiter une bibliothèque recelant des ouvrages remontant au 6ème siècle et sans doute le mieux à même de...

0

la chaleur du foyer

Je songe depuis quelques jours à poster une suite de tweets qui donneraient des nouvelles des jeunes réfugiés que je rencontre et tâche d’aider depuis maintenant bien tôt deux mois. Cela donnerait quelque chose comme: * Mika se débrouille en allemand, est accueilli dans un club de natation et me demande tous les 3 jours si j’ai trouvé une école. * Son petit frère Kalen apprend lui aussi l’allemand, ainsi que leurs parents. * Silva s’ennuie, se rebelle, apprend, hausse les épaules. Elle va bientôt pouvoir reprendre le violon. * Afzal est inscrit dans une école de langue, on parle en...

0

Ils seront des centaines pour prendre ma place

Avec ou sans hashtag, c’est le déluge. Les tweets répertoriant des arrivées de train, la situation à la gare de Budapest, les besoins en eau dans les différents points d’aide, l’inaction des politiques, les écueils, les espoirs.

0

Répondre

Souvent, mes textes sur ce carnet répondent à ceux que j’écris sur mon autre carnet. Je reviens ici plutôt sur les aspects médiaux tandis que là-bas, je parle de ma recherche, de mon parcours. Dans un mouvement de balance régulier, une forme d’écriture semble appeler l’autre, et appeler twitter à la rescousse, pour tenir la liasse ensemble. Après avoir peu lu twitter pendant deux semaines, ma morosité se mesurait au nombre décroissant de mes followers. Depuis que j’utilise nutshellmail, je recois tous les jours des informations sur mes nouveaux followers et sur les personnes qui cessent de me suivre. Ces mails...

0

Ecrire comme chiffres de neige au soleil

Qu’il soit saute d’humeur, emporte-pièce ou recommandation de lecture, on commence en général un tweet avec une expression bien tournée en tête. Après avoir tapé les 3 premiers mots, il faut se rendre à l’évidence: ca ne tiendra pas en 140 caractères. Soit on modifie mentalement la tournure pour l’abréger, soit on la tape en entier, puis on la raccourcit – le plus souvent, il n’y a pas de trop des deux procédés: on commence par raccourcir mentalement avant de raccourcir encore dans la fenêtre d’écriture. Il y a peu d’idées subtiles qui tiennent naturellement en si peu de caractères. Alors, il faut...

1

La confusion des sentiments

Il y a un certain nombre d’émotions qu’il est impossible de faire tenir en 140 caractères, mais inversement il y a des émotions qui se prêtent tout à fait à l’éructation: la joie, la colère, la lassitude, l’enthousiasme, par exemple. Les émotions positives peuvent être renforcées du fait de pouvoir y associer des destinataires – promotion professionnelle, aboutissement d’un travail, découverte heureuse, sont décuplés par le partage et, ricochet supplémentaire, par les réactions de bonheur partagé. Les émotions négatives, elles, peuvent être sur twitter directement dirigées vers les instances reponsables de la misère du moment: transport en commun défaillant, service...

0

Le grand frISSoN (pour une fourmi de dix-huit mètres)

Depuis aujourd’hui, ce blog a un numéro ISSN. Concrètement, cela veut die que la DNB (l’équivalent allemand de la BNF) va l’archiver et que, si tout se passe normalement, mes arrières-petits-enfants pourront lire ces lignes (bonjour mes petiots!). Ce carnet de recherche s’est ainsi mué en un legs intellectuel pour lequel un État se porte garant et dépositaire. Je suis un peu fière. Il est bien dommage que, pour la plupart des bloggeurs, cet aspect ne soit que secondaire par rapport à un autre.

0

Seul contre tous?

Aujourd’hui, un compte twitter, seul dans le vent, livrait un compte-rendu en direct d’une conférence sur la poubellisation des jeunes cherheurs et l’avenir de la recherche qui avait lieu à l’Université Technique de Dresde. Personne d’autre dans l’assemblée n’était sur twitter, l’ensemble des autres participants se concentrait uniquement sur la discussion dans la salle. Lucas Garske (c’est la personne qui se cache – sans trop se cacher – derrière @PaintItScience) a rendu compte durant toute la journée du contenu des discussions, sans faiblir, en utilisant un hashtag inventé par et pour lui (#VdNZdW). Jusqu’à ce que la batterie expire vers...

0

Parce qu’il faut un objet d’amour

Les oiseaux chantent si fort que, depuis le balcon, j’entends tout juste cette mélodie de Yann Tiersen tirée du fabuleux destin d’Amélie Poulain que l’on croisait partout il y a dix ans et qu’un pianiste amateur, trois numéros plus haut, aime jouer fenêtres ouvertes. Dans la petite boîte aux 140 caractères aussi, allez savoir pourquoi, le coeur prend sa revanche. Les fils se renouent et retissent,

0

La vague à l’âme

Des jours, des semaines, des mois que je n’ai pas nourri ce carnet de recherche. Les choses affluent, repoussant toujours plus loin, au bout du bout du temps qui reste, l’horizon des 140 caractères. Je les lis, pourtant, comme ils arrivent, les petits paquets-cadeaux de mots et d’images. À peine ai-je tourné le dos à l’ordinateur qu’il y en a déjà qui attendent, comme une multitude de calendriers de l’avent fabriqués en l’espace de 5 minutes par des lutins malicieux, 87 tweets, 126 tweets, ou même 200. Et voici le calendrier qui s’ouvre, inexorable,