Revenir

par la

Pas

 

Depuis quelques temps, je reviens sur mes pas.

Cela avait commencé au printemps 2014, lors de mon séjour de recherche à l’institut historique allemand à Paris. Revenir à Paris pour y revivre une vie d’étudiante si longtemps après, 15 ans presque: c’était à la fois magnifique et douloureux. Me rappeler que j’étais partie alors que je voulais rester. Marcher le long de la Seine à 9 heures du soir.

La semaine dernière, je suis retournée à Genshagen, où j’ai remis mes pas dans les traces que j’y avais laissées il y a quatre ans. Rêver d’étoiles, finalement, était encore possible. Alors, laissons courir.

Je reviens maintenant à Graz, quatre ans plus tard à nouveau, à nouveau pour une conférence. J’ai retrouvé mes pas d’été. Les cafés sont sans terrasses. Je cherche mes collègues d’alors; où sont-elles? Ailleurs, bien sûr. Il pleut, un crachin automnal.

Revenir sur ses pas, c’est un travail. Repasser sur les souvenirs, sur les avancées, les reculades, les espoirs décus du temps écoulé. Il faudrait pouvoir mettre côte à côte les mots et les images d’alors et ceux de maintenant, mais voilà: ma mémoire numérique ne remonte pas assez loin. Je ne twittais pas en 2011, ne parlons pas de 2000. Comment faire pour rendre cette profondeur temporelle qui n’existe qu’en moi? Pour tout dire, c’est ca qu’il faudrait réussir à saisir, dans les instantanés du tweet, la soudaineté du souvenir qui ré-émerge, cette fulgurance qui ne supporte que peu d’espace. Les entrelacements de la mémoire, en quelque sorte, des lignes fines, des traces mises bout à bout ou en miroir, ténues, et rien de plus.

Les fils de la mémoire, dans la ville la nuit

Les fils de la mémoire, dans la ville la nuit

Au lieu d’une telle potentialisation temporelle, je me retrouve à hyper-fonctionnaliser le petit message accumulé par millier (bientôt 8), comme en me forgeant un espace singulier d’existence dans l’autre monde, mais figé dans l’instantané. Twitter m’écrit une autre identité presque malgré moi, en tout ca bien que je sache qu’il y aurait tout autre chose à dire. Il y a très certainement un art du tweet scientifique, ou plutôt un design, à mi-chemin entre la science et l’art, pas désagréable à manier, et attrayant à la fois pour son côté fruit défendu et parce que, lorsqu’il est toléré, il permet un rayonnement inconcevable dans le monde du réel. Mais dans le fond, twitter devrait être là pour revenir sur ses traces, pour exister dans le temps, pour marquer ses pas dans les villes la nuit.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *