J’aime Je n’aime pas

Alors que je m’enlisais dans les lectures préparatoires pour mon cours, avant-hier soir, j’ai relevé les yeux pour trouver ceci:

Embedded image permalink

Je songeais déjà depuis quelques temps à revenir sur la fonction autothétique ou auto-empathique de l’écriture sur twitter; ce matin, j’ai trouvé dans mon flux RSS ce très joli billet de blog sur la pratique de twitter rassemblant une série d’auto-statements sous la forme d’une mosaique, tantôt sur fond noir, tantôt sur fond blanc. J’ai été frappée de voir à quel point on lit les tweets différemment selon l’arrière-plan devant lequel ils se présentent, noir, blanc, en désordre (confus) ou alignés (ennuyeux). De fait, il y a quelque chose de magnifique à avoir configuré cet outil de telle sorte que chacun puisse décider sur quel fond il va lire ses tweets, adapter la couleur à son humeur – ou son humeur à la couleur.

Déclarer sur twitter aimer ou ne pas aimer quelque chose semble à première vue assez proche de ce qu’en dit Barthes dans « J’aime Je n’aime pas », c’est une délimitation de son propre corps dans l’espace de l’écriture, une individualisation.

Contrairement cependant au J’aime Je n’aime pas de Barthes, le J’aime Je n’aime pas sur twitter n’a pas de validité étendue. C’est l’expression davantage d’une humeur que d’une essence, d’une couleur (je vois un vermillon bien saturé et un vert menthe lorsque je lis les deux tweets ci-dessus), de quelque chose en tout cas qui existe d’abord et essentiellement dans l’instant. Le tweet de J’aime Je n’aime pas est là pour donner de la saveur à l’instant, pour parfumer, de rage ou de menthe, l’espace mental de celui qui ouvre les yeux sur cette information inattendue. Contrairement au J’aime Je n’aime pas de Barthes qui lui permet, écrit-il, d’exister singularisé de son lecteur, ceux-ci sont incursifs, veulent être partagés, ressentis. En un sens, la fulgurance s’impose bien davantage que l’essence.

Aucun des deux registres textuels n’accomplit sa destinée textuelle bien différemment de l’autre cependant: ni Barthes ni twitter n’ont la moindre raison d’être vrais; de l’un comme de l’autre, nous pouvons légitimement n’attendre que mise en scène, allitérations, jeux sur les attentes du lecteur et facéties de décontextualisations. L’expression de goûts et de dégoûts, pour authentique qu’elle puisse se prétendre, est sans doute l’une des choses qui, sur twitter, se prête le plus au travail littéraire. Au fil du temps, on peut ainsi se forger une ou des identités, tellement plus vraies parce qu’elles sentent, aiment, préfèrent, adhèrent, alors même que c’est là quelque chose qui se laisse aisément virtualiser et vider de sa substance.

Mais qu’est-ce qu’écrire le vrai et qu’est-ce qu’écrire le faux?


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *