La vague à l’âme

Des jours, des semaines, des mois que je n’ai pas nourri ce carnet de recherche. Les choses affluent, repoussant toujours plus loin, au bout du bout du temps qui reste, l’horizon des 140 caractères. Je les lis, pourtant, comme ils arrivent, les petits paquets-cadeaux de mots et d’images. À peine ai-je tourné le dos à l’ordinateur qu’il y en a déjà qui attendent, comme une multitude de calendriers de l’avent fabriqués en l’espace de 5 minutes par des lutins malicieux, 87 tweets, 126 tweets, ou même 200. Et voici le calendrier qui s’ouvre, inexorable, amenant avec lui la dégringolade des paquets cadeaux dans l’ordre inamovible de l’inverse du temps qui passe. Il faut remonter peniblement dans le temps – descendre dans l’espace absurdement inverse de l’écran – pour trouver les questions qui vont aux reponses et les idées aux commentaires. Une fois la montagne remise debout, les petits paquets recomposés en un ensemble cohérent, voilà la vague qui se regonfle, qui grossit à nouveau, et qui s’abat.

Et puis rien. L’écume est maigre, ces temps-ci. Même mes blogs préférés sont comme engourdis. La vague passe et ne laisse derrière elle qu’une sorte de langueur indéfinie. Pas de jeux à jouer, pas d’histoire à raconter, pas de formes à regarder bouger. Est-ce donc déjà fini? N’y a-t-il plus rien à en dire? La banalité a-t-elle réussi à gagner les 140 caractères? Ou est-ce moi qui n’arrive plus à les lire?

Pendant ce temps, ma suite croît. Ca me fait de la peine pour eux, tous ces gens, toutes ces listes de gens, même, qui pensent que j’ai des choses intéressantes à communiquer. Si j’étais honnête, je le leur dirais, que je ne sais plus trop, parfois, pourquoi je les regarde, les calendriers de l’avent accumulés le temps d’un café, et qui s’écroulent à la vague suivante.

Mais peut-être est-ce cela, finalement, qui me fait aimer twitter, ces derniers temps: regarder la vague se gonfler, retomber, et se demander ce qui reste sur le sable.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *