Parce qu’il faut un objet d’amour

Les oiseaux chantent si fort que, depuis le balcon, j’entends tout juste cette mélodie de Yann Tiersen tirée du fabuleux destin d’Amélie Poulain que l’on croisait partout il y a dix ans et qu’un pianiste amateur, trois numéros plus haut, aime jouer fenêtres ouvertes. Dans la petite boîte aux 140 caractères aussi, allez savoir pourquoi, le coeur prend sa revanche. Les fils se renouent et retissent, des choses qui se suivent et se racontent,

 

 

Ins Kaffeehaus!

 

Vous les voyez, ces petits blocs d’un visage et de mots en cascade: certains parlent plus fort que d’autres, tous savourent leur petite étoile, signe de la délectation du lecteur, décuplée ici et là. Et le jeu continue, une boucle qui continue sur la suivante,

Kaffeehaus2C’était donc cela, se parler: laisser les rudesses s’effilocher le long des mots, les luttes n’être plus qu’un prétexte à jouer. Butter sur les fausses notes, reprendre au début, pouvoir se tromper, en rire, reprendre, écouter, laisser l’histoire se raconter d’elle-même.

J’en viens à me dire que le reste importe peu, encore une fois. Que l’on peut, bien sûr, plaider pour la reconnaissance de la valeur de twitter dans la communication scientifique. Je le fais, je le ferai, je sais ce que cela me coûte – une certaine idée d’une certaine carrière. Mais ce qui importe, ce n’est pas cela. Ce qui importe, c’est de raconter une histoire, la bonne histoire, par tous les moyens. Ce qui importe, c’est l’amour d’écrire, et rien d’autre.

 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *