Le grand frISSoN (pour une fourmi de dix-huit mètres)

Depuis aujourd’hui, ce blog a un numéro ISSN. Concrètement, cela veut die que la DNB (l’équivalent allemand de la BNF) va l’archiver et que, si tout se passe normalement, mes arrières-petits-enfants pourront lire ces lignes (bonjour mes petiots!). Ce carnet de recherche s’est ainsi mué en un legs intellectuel pour lequel un État se porte garant et dépositaire. Je suis un peu fière.

Il est bien dommage que, pour la plupart des bloggeurs, cet aspect ne soit que secondaire par rapport à un autre. Car pour l’essentiel, le numéro ISSN sert surtout de caution scientifique officielle. On peut commencer à envisager de faire valoir un blog scientifique comme faisant partie de sa production sérieuse lorsqu’il a un numéro ISSN, « comme-une-revue-tu-comprends ». C’est bien triste, mais hier encore on m’a signalé que j’étais un poids plume, car un vrai scientifique, un poids lourd, se mesure au poids des livres qu’il envoie dans ses dossiers de candidature. Une série de liens – vers TEL, vers HAL, vers des revues en ligne, vers une édition numérique (allez donc vous y promener à l’occasion), vers des blogs (allez donc vous promener aussi sur mon blog principal) – revient donc, purement et simplement, à du vent, à une éternelle anorexie.

La tentation est évidemment grande d’imprimer ces milliers de pages que j’ai non seulement écrites ou éditées, mais publiées selon des critères scientifiques tout ce qu’il y a de plus sérieux, et de m’en servir, si l’on veut, pour lester la balance, en lieu et place de ma bibliographie assortie de liens. Mais cette manoeuvre grossière risque d’être contre-productive, et ne répond pas à la question de savoir pourquoi le transfert de reconnaissance s’effectue si mal alors qu’il est avéré que ce qui est publié en ligne prend une place nettement plus proéminente dans les débats scientifiques que ce qui est imprimé. Pourquoi ce refus d’admettre que ce sur quoi l’on s’appuie pour travailler, c’est d’abord ce qu’on trouve en ligne, et que cette réception mériterait une reconnaissance – ce refus de se confronter à la délicate question des critères de qualité scientifique de ce que l’on trouve en ligne, et tracer les lignes de partage non selon le medium, mais selon la pertinence scientifique?

Outre ces questions qui ont surtout à voir avec le malaise des sciences humaines face au numérique (google est le diable, mais malheureusement on n’y voit aucune alternative, alors ca google tant que ca peut), je vois ici s’en profiler une autre, en rapport, elle, avec l’écriture numérique, ou sur médium numérique: Que penser de cette légèreté attribuée à l’écriture scientifique numérique? Du blog dans lequel on peut bien écrire ce qu’on veut, même « je »?  De l’évanescence du tweet qui disparaitra le temps de tourner le dos à l’écran? Parce qu’elle n’est pas physique, cette écriture n’existe-t-elle pour autant pas?

La dimension de performance de l’écriture numérique appelle à de nouveaux modes de lecture. Il faut apprendre à laisser une séquence de 140 caractères démarrer sa toile, la laisser mûrir intérieurement, puis reprendre le fil, et alors on peut échafauder, en effet, une écriture. Très certainement, il faut pour cela un type d’attention particulier, la capacité de mémoriser, filtrer, associer, élaborer à partir de trois fois rien une fourmi de dix-huit mètres avec un chapeau sur la tête…


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *