La confusion des sentiments

Il y a un certain nombre d’émotions qu’il est impossible de faire tenir en 140 caractères, mais inversement il y a des émotions qui se prêtent tout à fait à l’éructation: la joie, la colère, la lassitude, l’enthousiasme, par exemple. Les émotions positives peuvent être renforcées du fait de pouvoir y associer des destinataires – promotion professionnelle, aboutissement d’un travail, découverte heureuse, sont décuplés par le partage et, ricochet supplémentaire, par les réactions de bonheur partagé. Les émotions négatives, elles, peuvent être sur twitter directement dirigées vers les instances reponsables de la misère du moment: transport en commun défaillant, service de livraison chaotique, voire même météo accablante, peuvent être montrés du doigt.

Cela ne présume en rien ni de la moralité ni de l’efficacité de telles pratiques (bien que, pour des raisons de marketing, un certain nombre d’entreprises prennent les accusations par tweet au sérieux et répondent de même, facon de sauver la face). On pense le plus souvent que nos tweets de rouspétage servent en premier lieu à soulager d’une souffrance. La nommer l’allège; dire « j’ai trop chaud », c’est une brise d’air frais. Comme une sorte de nominalisme exorciste, en un certain sens.

C’est aussi l’une des pentes les plus glissantes. Les usages massifs de twitter comme exutoire de sentiments négatifs ne sont plus à démontrer, et ce sont des tweets de réactions impulsives, à chaud (souvent négatives), que l’on regrette après coup, que l’on voudrait effacer – mais ils ont été archivés par d’autres déjà, le mal a été fait. Il vaut mieux retourner sept fois ses doigts sur son clavier lorsque mû par une émotion forte.

L’impulsivité sur twitter nécessite en fait une réelle maîtrise pour ne pas nuire à l’identité numérique (par exemple professionnelle). Il s’agit toujours de peser précisément si l’émotion concernée et sa formulation font partie de ce qui est considéré comme adéquat par son milieu social. Il sera acceptable de grommeler contre le retard d’un train, de se féliciter d’avoir décroché un emploi, de commenter brièvement un concert apprécié. Il le sera beaucoup moins de faire des listes de bourdes trouvées dans des copies d’étudiants (même en les anonymisant – une longue discussion a eu lieu sur ce sujet récemment et a même eu pour conséquence que des enseignants décrivent leurs propres bourdes d’étudiants – voir le hashtag #myownexamhowlers). Et tweeter la plupart du temps des remarques négatives sera évidemment percu comme la définition – à dessein – d’une identité de grizzly à ne pas approcher de trop près, faute d’écoper d’un coup de griffe.

Pour les personnes qui ne se servent pas majoritairement de twitter comme d’un déversoire de leurs sautes d’humeur se pose la question de l’utilité de ces tweets grognons ou jubilatoires. Outre le fait de partager, d’être entendu, d’avoir une réponse, de nommer et ainsi faire exister ces sentiments, leur formulation sur twitter peut aussi servir à les légitimer, c’est-à-dire non pas à construire une identité numérique orientée vers l’extérieur, mais à se construire de l’intérieur par la preuve de ces sentiments formulés, datés à la minute près, et archivés. Cela revient à la question de la nature de l’authenticité propre à twitter, qui n’est pas forcément une authenticité réelle vis-à-vis de l’autre, mais construction d’une authenticité à soi par une mémoire de ses propres sentiments que l’on s’auto-fabrique. J’ancre en moi ma colère lorsque je la tweete, mais lorsque je ne la tweete pas parce que je ne veux pas que l’on me voie en colère, je la garde en moi tout aussi profondément, comme si, de ne pas la tweeter, je ne pouvais plus m’en débarrasser.

Faut-il tweeter ou ne pas tweeter ses sentiments forts? Que cela change-t-il? Qu’on le fasse ou non, la pratique du medium social ne sert que rarement à y voir plus clair – cela sert bien plutôt, plus souvent, à entretenir en soi la confusion. En cela, on voit bien aussi que la pratique (du moins la pratique usuelle) de ce type d’écriture ne permet pas (pas encore?) de transcender ses émotions comme le fait, en propre, la littérature.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/07/2015

    […] formulés au détriment des autres. Je vous laisse lire ce court texte, joliment intitulé “La confusion des sentiments“, qui parlera à tou.te.s les twitto.a.s du monde. Il y est question du geste acrobatique de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *