Répondre

Souvent, mes textes sur ce carnet répondent à ceux que j’écris sur mon autre carnet. Je reviens ici plutôt sur les aspects médiaux tandis que là-bas, je parle de ma recherche, de mon parcours. Dans un mouvement de balance régulier, une forme d’écriture semble appeler l’autre, et appeler twitter à la rescousse, pour tenir la liasse ensemble.

Après avoir peu lu twitter pendant deux semaines, ma morosité se mesurait au nombre décroissant de mes followers. Depuis que j’utilise nutshellmail, je recois tous les jours des informations sur mes nouveaux followers et sur les personnes qui cessent de me suivre. Ces mails quotidiens me sont parvenus dans la chaleur estivale comme autant de flèches dans le coeur. Non, je ne vous abandonne pas – restez, restez, je reviens, je ne suis pas vraiment partie…

L’interruption de communication est-elle vraiment une forme d’inexistence? Mon alter ego numérique se volatilise-t-il lorsque je réduis mon temps de connection? Et d’ailleurs, qu’est-ce qui peut bien nous toucher dans cette indifférence, que ce soit une pause de vacances ou des bouteilles à la mer auxquelles personne ne répond (ou si peu), comme semblent l’être, souvent, mes billets de blog, mes tweets?

Le démenti infligé aujourd’hui à ma perplexité sur la valeur de la communication en ligne me trouble. Mon dernier post sur mon autre blog a suscité une vague de réponses qui s’est élevé bien plus haut que les ondelettes auxquelles je suis habituée. Dans les bons jours, quelques retweets, quelques favoris me parlent de mes lecteurs. Parfois, une sélection sur la page d’accueil d’hypotheses. Une fois tous les trois mois, un commentaire laissé dans le blog. Occasionnellement, un commentaire sur twitter. Pour ce post, j’ai eu bien plus que ces réponses. Mails, commentaires (longs) sous diverses formes, retweets, favoris, nouveaux followers du fin fond de la pampa. Avec un texte dont je pensais qu’il ne parlait que de moi, de mon parcours, de mon approche de ma prochaine étape scientifique, j’ai en fait parlé  de tout un tas de gens, ou du moins à tout un tas de gens. Sans avoir l’impression d’écrire différemment de d’habitude, j’ai suscité un besoin de répondre sans comparaison avec d’habitude.

Qu’est-ce qui pousse quelqu’un à répondre à un texte posté en ligne comme celui-là? Est-ce son seul contenu (qui génère une forme d’identification) ou est-ce ma fidélité communicationnelle (numérique et analogue) qui a rendu possible la confiance nécessaire à ce geste de réponse, réponse à quelque chose qui a été percu comme étant intime, profond? (alors que je ne le ressens pas moi-même comme plus intime ou profond que ce que j’écris sur ce blog en général)

J’ai toujours préconisé un savant mélange de contenu scientifique et d’expérience personnelle pour la fidélisation de mon lectorat sur mes blogs et sur twitter, sans vraiment savoir ni qui se cachait derrière ni ce que j’attendais de cette relation de lecture. Recevoir soudain des réponses me laisse désemparée, comme si  j’étais prise en défaut de ne pas savoir comment répondre à ces réponses, comme si internet n’était qu’une forme de communication à sens unique.

Mon Socrate intérieur se réveille lentement.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *