Ils seront des centaines pour prendre ma place

Avec ou sans hashtag, c’est le déluge. Les tweets répertoriant des arrivées de train, la situation à la gare de Budapest, les besoins en eau dans les différents points d’aide, l’inaction des politiques, les écueils, les espoirs. Rarement l’écart entre le discours politique et l’action publique ne m’a semblé aussi éclatant que sur twitter en ce moment. Les politiques, drapés dans leur costume et leur discours (dont les espèces ne changent pas, immuables), continuent à tweeter sous la même forme, avec leur usuelle retenue, et ceux-ci sont relayés par la presse dans ce même carcan twittorial: le titre très court, la déclaration, l’image solennelle.

De l’autre côté de la twittosphère, le tweet est poussé à l’extrême dans l’expression de l’indignation sociale: majuscules, chiffres, pléthore d’images émouvantes (toujours étonnamment propres étant donné les circonstances), ou bien compression maximale de l’information pour donner tous les besoins en 140 caractères – eau, fruits, gel douche, aide juridique, traducteurs -, ou bien encore une démultiplication de toutes ces formes à la fois, tweets, retweets et re-retweets. Comme si informer et exprimer permettait d’agir. L’espace virtuel de communication relaie l’espace réel de solidarité, et le transforme en une sorte de monde idéal où l’accueil de l’autre serait la vertu première.

Ce n’est bien évidemment que le reflet de ma timeline. Ailleurs, dans d’autres mondes de twitter, les échos sont certainement d’une autre nature. Il y a d’ailleurs quelque chose de rassurant dans cette harmonie des convictions sociales entre ma timeline et moi. Nous nous envoyons, en ce moment, des informations qui nous fascinent réciproquement. Nous sommes sur la même longueur d’ondes. Je laisse le déluge m’arriver avec un certain délice. Nous sommes ensemble.

Une fois de plus, je ne me suis rendue compte de la réciprocité de la chose qu’en rencontrant physiquement ou en discutant hors twitter avec une partie des gens qui me suivent. Il est décidément bien utile de dé-virtualiser le discours à l’occasion pour apprendre que l’on est lu.

Depuis deux (bientôt trois) semaines, je tweete (principalement en allemand) les avancées de l’organisation des cours d’allemand pour réfugiés dans le centre d’accueil d’à côté de chez moi. Ce camp accueille environ 600 personnes de tous âges, issues de 31 pays différents, qui y restent en moyenne 3 semaines, le temps de faire leurs démarches administratives. Après, ils sont redispatchés un peu partout en Allemagne (certains restent à Berlin). On ne peut pas faire grand chose en 3 semaines, pédagogiquement parlant. Malgré tout, plus de 100 bénévoles du quartier se sont portés volontaires pour donner des cours d’allemand (ils sont plusieurs centaines pour les autres tâches comme la distribution des dons et des repas ou l’accompagnement pour les démarches administratives, etc.). Par twitter interposé, je taquine les universités pour qu’elles nous prêtent main-forte: une grande partie de ces bénévoles n’a jamais enseigné, et de manière générale, il faut, dans cette situation d’enseignement précise, des qualités qui ne sont pas forcément les mêmes que pour un cours de niveau, structuré sur la durée.

Cette expérience réelle fait écho à twitter. Sur place aussi, c’est le déluge. Déluge des énergies, des dons, des gestes de la part des bénévoles. On ne connait pas leurs histoires, on ne peut prendre que le geste qu’ils offrent. On ne vous apprend pas à coordonner ce genre d’énergies. On vous apprend à avoir affaire à des gens égoistes, à gérer des calculs basés sur le confort et les avantages de carrière, pas à des gens qui ne veulent surtout pas penser à leur confort, qui ont leur carrière derrière eux ou sont en train d’y faire une entorse énorme (moi la première). La rencontre avec ces gens m’ouvre le coeur. C’est un souffle.

Partager sur twitter cet élan que j’accompagne à force de mails, de listes de livres déposées dans les librairies, de voitures pleines de sacs, de blocs, de stylos – de quoi remplir une journée après l’autre sans avoir le temps de songer au temps qui s’envole – s’est fait naturellement. Je m’applique à ne pas entrer trop dans les détails dans mes tweets, ne pas céder moi-même au déluge. Mais il m’entoure, le déluge, partout, plein de sentiments-fleuves.

Après m’être entendu dire « rentre en France » pendant toute ma recherche d’emploi, je les vois arriver de si loin, les réfugiés, et je les aide à grimper dans l’aventure de cette langue qui va devenir la leur. Ils vont travailler ici, vivre ici, ils seront citoyens. Ils seront des centaines pour prendre ma place. Ceux d’ailleurs seront ceux d’ici.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *