la chaleur du foyer

Je songe depuis quelques jours à poster une suite de tweets qui donneraient des nouvelles des jeunes réfugiés que je rencontre et tâche d’aider depuis maintenant bien tôt deux mois. Cela donnerait quelque chose comme:

* Mika se débrouille en allemand, est accueilli dans un club de natation et me demande tous les 3 jours si j’ai trouvé une école.

* Son petit frère Kalen apprend lui aussi l’allemand, ainsi que leurs parents.

* Silva s’ennuie, se rebelle, apprend, hausse les épaules. Elle va bientôt pouvoir reprendre le violon.

* Afzal est inscrit dans une école de langue, on parle en allemand ensemble maintenant.

* Ahmed l’étudiant en informatique a disparu du paysage.

* Ahmed l’ancien directeur d’équipe voudrait apprendre le piano.

* Les services sociaux ont égaré la moitié des dossiers de ces jeunes gens.

* Un jeune Syrien, qui parle bien allemand maintenant, est devenu dépressif dans le foyer. Il veut retourner en Syrie.

J’ai renoncé à poster ces tweets, d’abord parce que je voulais les écrire en francais, ce qui aurait exclu une bonne partie de mes lecteurs.

Ensuite parce que je ne réussis pas à rendre par tweets l’ambiance de ce foyer où je vais, l’un dans l’autre, bien 4 jours par semaine (à chaque fois une heure ou deux). Dans cet endroit, la chaleur humaine se loge dans des choses impossibles à saisir en 140 caractères. Mes moments d’énervement lorsque les obstacles administratifs s’accumulent, eux, sont encore présents dans mon fil. Les événements, les activités, aussi: fonction informative du tweet qui ne se renie pas. Mais la plupart du temps que j’y passe est un temps de rencontre, un temps de retrouvailles, un temps d’échanges ramenés à leur plus simple expression. Le temps de demander à des gens d’où ils viennent, ce qu’ils aiment, ce qu’ils souhaiteraient, pour essayer de les orienter. Se faire arrêter, presque à chaque fois, au bout de 10 minutes: « Jamais personne, depuis que je suis arrivé ici, ne m’a posé autant de questions, ne s’est intéressé à tout cela. » S’excuser, presque, d’en demander autant, pour pouvoir aider. Et entendre, presqu’à chaque fois aussi: « Je n’ai pas de mots pour remercier. Même si tout cela n’aboutit à rien, je ne pourrai jamais remercier assez ». J’en reste muette, à chaque fois. Ni l’absence de mes mots, ni cette gratitude inexplicable, si vide et si pleine, ne pourraient s’imprégner dans un tweet. Ma timeline est vide de ce genre de tweets de rencontre, d’ailleurs.

Un certain nombre d’habitants du foyer ne sont pas en mesure de faire la différence entre les bénévoles et les employés. La plupart ne savent pas que les 200 enseignants et organisateurs actifs dans nos cours de langue sont bénévoles. Il faut faire leur connaissance pour qu’ils réalisent. J’ai montré des photos de mes enfants à Mika et Silva, je leur ai parlé de mon travail. Ils savent que si je peine à leur trouver une école, c’est qu’il y a d’autres choses dans ma vie. Ils savent que je dépense une énergie considérable pour eux, sans savoir, je pense, sa réelle dimension dans la lutte contre les administrations. Je suis contente qu’au moins, Mika puisse nager et Silva, bientôt, retrouver un violon. Deux activités que nous avons organisées en contournant quelques règles…

Il y a bien évidemment une certaine nécessité à protéger au moins un peu l’intimité de ces gens qui dorment pendant des mois sur des lits de camp, dans des chambres qu’ils ne peuvent pas fermer à clef, souvent sans armoire, avec des toilettes au bout du couloir. Il y a une nécessité à ne pas entrer dans tous ces détails sur internet (twitter ou autre), sous peine de tomber dans le glauque, le voyeurisme, le misérabilisme, ou dans la glorification du moindre geste d’aide.

Quelle forme de narration serait envisageable, qui saisisse la complexité de la facon dont se déploie la chaleur de telles relations humaines? La légèreté d’un sourire, qui cache l’angoisse de savoir sa famille sous les bombes? L’espoir qui se dégage lorsqu’ils rencontrent quelqu’un qui croit en eux (moi ou d’autres, nous sommes nombreux à écouter, rassembler les problèmes, accompagner de plus en plus individuellement les célibataires et les familles)? Pour l’heure, je ne trouve pas de mots, et je ne sais toujours pas comment, en 140 caractères,…

 


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *