Saisir l’instant

Lors des congrès, il y a traditionnellement un moment de socialisation autour d’une visite guidée: brasserie, cave, tour en bateau sur le fleuve qui traverse la ville… en général, le défi pour les organisateurs consiste à trouver une visite en lien avec le thème du congrès, ce qui n’est pas toujours évident.

Lors de la conférence annuelle de la Text Encoding Initiative qui s’est tenue à Lyon la semaine dernière, il était question d’encodage numérique de textes. Quoi de plus adéquat, dès lors, que d’aller visiter une bibliothèque recelant des ouvrages remontant au 6ème siècle et sans doute le mieux à même de nous en remontrer en termes d’archivage à long terme de textes historiques…

Répartis en quatre groupes, nous avons pénétré le silo de la bibliothèque municipale de Lyon alors que la nuit était déjà tombée. Nous nous sommes avancés entre les rayonnages…

Les ouvrages comportant une notice avec pastille sont ceux qui ont déjà été numérisés

Les ouvrages comportant une notice avec pastille sont ceux qui ont déjà été numérisés

 

 

Entre mon premier tweet (en bas) et le second, j’ai été autorisée à twitter mes photos de la séance de visite. Je ne m’attendais pas vraiment à cette licence inattendue.

Comme je n’étais pas en face des ouvrages, certaines de mes photos n’étaient pas très réussies, mais peu m’importait. Je voulais rendre l’ambiance du moment, comme si cette odeur qui m’avait d’entrée saisie pouvait mieux être communiquée avec des images qu’avec du texte seul. Nombre des ouvrages les plus anciens avaient une fonction religieuse, d’où mon tweet d’impression générale:

Impressions de la visite de la bibliothèque municipale de Lyon

Impressions de la visite de la bibliothèque municipale de Lyon

Mais ce n’est qu’au moment d’envoyer le tweet suivant que certaines personnes du groupe ont remarqué que non seulement, comme eux, je faisais des photos, mais qu’en plus je les tweetais. De manière intéressante, il s’agit dans ce cas d’un type de tweet académique assez classique, puisqu’il met en scène un lien entre pratiques historiques et pratiques modernes de manière facétieuse:

Faire un petit dessin sur la page restée blanche, une constante anthropologique?

Faire un petit dessin sur la page restée blanche, une constante anthropologique?

Lorsque ces messieurs remarquèrent que je me penchais de manière un peu suspecte sur mon téléphone, ils se récrièrent comme un seul homme, ne comprenant pas ma démarche et m’invitant à « enjoy the moment », profiter de l’instant, plutôt que de zoner sur twitter.

Être penchés sur un livre d’heures illuminé n’est pas forcément le meilleur contexte pour expliquer que le fait de partager l’instant le rend encore plus « enjoyable » – je n’ai rien dit, mais cela m’a donné du grain à moudre.

Mais pourquoi est-ce donc le cas, me demandé-je, pourquoi le fait de tweeter ca, maintenant, augmente-t-il le plaisir de la chose? Il y a deux aspects qui entrent en jeu. Le premier, c’est le fait de partager quelque chose de beau, la transmission d’une valeur esthétique. Le second, c’est le fait que twitter quelque chose d’intéressant accroche les gens qui vous suivent, et je pense que cet aspect a joué un rôle important dans ma démarche, quand je reprends une à une les étapes.

Peu de gens ont dû s’arrêter sur le premier tweet sans image. Le rayonnage, dans sa régularité, était idéal pour attraper l’oeil. Le tweet suivant, avec ses différentes images, présentait une richesse, et donc des promesses esthétiques, accrochant encore davantage. Le troisième tweet intégrait un topos et la dimension ironique. Bref, je construisais une sorte de trame narrative (composée d’un élément visuel et d’une petit part de texte avec fonction de commentaire) assez précise, celle de la narration-type dont je pense qu’elle va plaire à ma timeline. Je ne l’ai fait que de manière semi-consciente jusqu’au moment où j’ai été pointée du doigt, ce qui m’a fait réfléchir, et filtrer différemment mes contenus.

 Faut-il twitter consciemment ou inconsciemment? Y a-t-il du mal à vouloir savoir ses lecteurs pendus au bout de leur application twitter sur leur téléphone à l’heure du dîner? Nous sommes tous victimes autant que bourreaux dans cette affaire… mais le plaisir de voir apparaître, de temps en temps, un beau manuscrit, fait définitivement partie, pour moi, des raisons majeures pour utiliser twitter.

Bon à tirer d'une planche de l'Encyclopédie signée par Diderot

Bon à tirer d’une planche de l’Encyclopédie signée par Diderot


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *