Photos d’une ville, photos d’une vie

J’avoue: twitter ne m’inspire plus beaucoup ces derniers temps. Quelque chose s’est usé, rien de neuf, rien qui saute aux yeux dans ce défilé des messages qui continue inlassablement à s’allonger. Je ne quitte personne, je rajoute quelques poètes en tweets, je lis, j’explore, je zappe, je reconstruis des discussions, je voudrais  m’y plonger, mais finalement m’y ennuie. La seule chose qui m’attire encore l’oeil, ce sont les images de beaux livres ou de détails de manuscrits. Je voulais d’ailleurs écrire un post de blog à ce sujet, sur les fait que certaines images semblent faites pour êtres tweetées. 

Mais je n’ai rien trouvé à en dire que ceci: certaines images percutent la timeline, s’en détachent et l’animent. Certaines images sont plus percutantes dans le défilé des tweets ennuyeux et même pas monochromes qu’elles ne le seraient dans tout autre type de mise en forme. Il y a des images qui seront percues avec plus d’acuité quand elles seront tweetées que si elles sont, par exemple, intégrées à un post de blog. C’est particulièrement vrai pour les images qui ont un caractère intimiste (un détail, une image associée à une question et donc adressée, quelque chose qui ne se révèle pas immédiatement, mais plutôt en s’y penchant de plus près) et qui, dans leur réception, créent une connivence entre la personne qui les envoie et la personne qui les recoit.

En même temps, il y quelque chose d’insatisfaisant dans ces images diffusées sur twitter. Elles sont la plupart du temps mal référencées et donc susceptibles d’être plus une supercherie qu’autre chose. Quand on ne sait pas d’où elles viennent, il est difficile de leur accorder foi. Vais-je retweeter ou non? Lorsque multiplier la diffusion signifie accorder du crédit, il faut parfois diffuser en prenant ses distances. Après tout, c’est peut-être pour indiquer une distance ironique de ce type que twitter a remplacé ses sobres étoiles de « favoris » par des coeurs explosant en mille étoiles multicolores depuis quelques temps. Accorder un crédit de bisounours, est-ce vraiment s’associer à quelque chose?

Cet usage de l’image émouvante, créant de la connivence, dans twitter est évidemment problématique dans le cas de la diffusion d’images de guerre dont on ne sait pas d’où elles viennent. La presse en use et abuse, je n’ose plus ouvrir ma timeline quand mes enfants sont à la maison. Il faudrait sans doute que je me désabonne de la presse (et encore) pour ne plus être exposée à ce genre de surprises, me fabriquer une timeline édulcorée en quelque sorte. Il n’y aurait donc définitivement de salut que par la vie communiquée en mode bisounours.

Il y a twitter, et il y a les autres canaux. Dans mes contacts avec les familles réfugiées, je me suis rendu compte de l’importance du rôle de Whats App, et notamment de l’importance des photos dans Whats App. Les membres de la famille absents, restés au pays, recoivent un flux continu d’images de Berlin. Je me promène dans des photos parties en Syrie, en Afghanistan, au Turkmenistan. Mais inversement, les familles restées sur place envoient aussi des images. Une mère d’élève de l’école du quartier (qui habite dans un gymnase avec 200 autres personnes et doit y rester jusqu’en mars que le traitement de son dossier ait avancé), qui voulait hier me montrer sa cuisine dans sa maison, m’a montré les photos de son départ: le sourire, les bagages, le départ d’une maison pimpante – et celles du jour même, envoyées par son mari: une bombe tombée dans la rue avait soufflé toutes les vitres et emporté une partie de la cuisine.

Mais il n’y avait pas que la cuisine, il y avait la ville. J’aime Berlin, me dit cette femme, parce que la ville me rappelle Damas, et que j’aime Damas. L’architecture, les rues se ressemblent. Elle me montre des photos de Damas, le jour de son départ, il y a deux mois. La ville moderne et la ville bombardée, côte à côte. Quelle ironie du sort que ces femmes soient hébergées dans un quartier si touché lui-même par les bombardements de la seconde guerre mondiale que l’est le nôtre, au coeur de Berlin.

Alors, twitter, voilà ce que tu devrais savoir faire: mettre les villes côte à côte, les vies côte à côte, et aider à construire quelque chose de nouveau – là où Whats App ne peut que nous submerger du flux de l’événement, immaîtrisable et désespérant.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *