Le nom et l’être

Dans ma timeline, il y a des gens qui se cachent derrière un pseudonyme: parfois je sais qui c’est, parfois je me dis que je devrais avoir reconnu les gens, mais je ne sais pas. Cela concerne finalement un nombre considérable de personnes avec qui j’échange. À tâtons, donc.

Il y a aussi des personnalités sur twitter dont l’anonymat fait la force (Maître Éolas en France, Erbloggtes dans le milieu scientifique germanophone). Ils ont si bien réussi à construire leur personnage numérique que c’est le charme de la chose de ne pas en savoir plus. Il y a des indices parfois (des lieux, des photos, des personnes). Mais la présence numérique est si puissante (twitter étant dans les deux cas relayé par un blog) que le jeu de piste de l’identification a fini par devenir part de la personnalité numérique. Personne ne voudrait vraiment savoir de qui il s’agit, au fond, maintenant.

Dans ces deux cas, l’anonymat est lié à un discours critique sur l’institution, comme pour confirmer une nouvelle fois que l’internet sert principalement à se débarrasser de sa bile, déverser ses rancoeurs, partager son amertume. C’est d’ailleurs peut-être pour cela que l’icône par défaut de twitter est une coquille d’oeuf: à la Calimero, l’utilisateur standard peut clamer « C’est vraiment pas zuste » en toute légitimité.

Dans quelle mesure est-il utile de reconnaître une légitimité scientifique à ce type d’anonymat? La publication et la dénonciation anonymes, le jeu sur les pseudonymes, ont depuis toujours fait partie du quotidien du monde scientifique et littéraire. Un livre entier est consacré à « craquer » les noms des contributeurs de l’une des plus prestigieuses revues des XVIIIème et XIXème siècle, la Jenaische Allgemeine Literaturzeitung. D’un côté, il semble utile, même nécessaire, de protéger les Whistleblowers de tout poil. Mais d’un autre, comme le montre l’anonymat sur twitter (ne parlons pas des commentaires dans les journaux en ligne), cette possibilité est, peut-être trop souvent, interprétée comme une license pour médire ouverte à tous.

Lorsque le discours de complainte devient dominant, il est temps de se demander quelle est vraiment sa fonction. Que la honte, l’impuissance, la rage empoignent ma timeline francaise comme allemande au vu des événements politiques de ces derniers mois: ma foi, je ne vais pas leur jeter la pierre, je suis la première à les ressentir au quotidien. Mais ce type de discours contamine les échanges quels que soient les sujets. Les bonnes nouvelles semblent factices et chétives. Peut-être que cette multiplication des anonymats dit aussi un sentiment de ne plus appartenir à un tissu social (la communauté scientifique), de s’en désolidariser.  Avoir peur d’être reconnu d’un côté, ne pas avoir la force de formuler ses objections de manière socialement audible sans avoir à en payer le prix ou porter les conséquences de l’autre: cette prise en étau est certainement due à une construction sociale défaillante, elle vient aussi peut-être d’une conception de twitter qui ne résiste pas au temps, comme un lieu où l’on peut tout dire, tout échanger, partager dans l’immédiat d’une vie qui n’est plus singulière mais connectée. Cette illusion qui s’est installée au fil du temps a finalement dévoyé la fonction d’une plateforme comme twitter. On n’échange plus de l’information, on échange du soi (voilà qui me renvoie une fois de plus à des traquenards déjà repérés dans les échanges épistolaires sur lesquels je travaille).

Le malaise du milieu scientifique vis-à-vis de twitter et sa pertinence comme outil d’échange scientifique est bien là. Je persiste à penser qu’il est utile de twitter sous son propre nom, d’apprendre à se censurer, et d’assumer sa personnalité numérique telle qu’on la construit. Il restera des choses à cacher, qui ne se disent pas sur la toile. Mais un discours intellectuel constructif ne devrait pas avoir besoin ni de hurler, ni de murmurer, pour être audible, même sur twitter. Cela suppose d’accepter que l’on construit quelque chose sur twitter – peut-être est-ce là que le bât blesse pour la communauté scientifique, finalement – mais nos ancêtres (scientifiques, écrivains) nous ont pourtant fait à maintes reprises la démonstration que la force de cette communauté vient de sa capacité d’appropriation des médiums au fil du temps.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *