Des canards

Les 140 caractères se sont mués en 140 pages et plus: la première reprise de mon inédit s’achève. Et je me demande: pourquoi twitter au milieu de cette épopée? Twitter est devenu comme une sucrerie, le genre canard, petit sucre gorgé de café à laisser fondre sur la langue en se disant qu’on ne devrait pas, et en essayant de se rappeler comment c’était, enfant, de glaner un canard sans avoir à se dire qu’on ne devrait pas. Ainsi donc, ouvrir twitter avant 8h, furtivement, sous prétexte de ne pas être encore assez réveillée pour travailler. Refermer en ouvrant le grand texte. Rouvrir, furtivement encore, à 10h. Lire, se retenir de répondre. Ouvrir à 11h pour se donner du courage jusqu’a la pause, oublier la furtivité. Tweeter au déjeuner. Vers 15h, compter les lignes, les pages: vraiment plus rien qui ne dise 140 depuis longtemps. 8000 lignes, 200 pages – mais du vent encore, du qui n’existe pas, qui n’a pas été lu. Un bon tweet vaut mieux que deux tu l’auras, ta monographie.

Pas moyen d’écrire concentré en lisant twitter, mais comment ne pas. Comment ne pas #NuitDebout, comment ne pas Idomeni, comment ne pas les épopées de ces autres vies quotidiennes et de ces combats à travers le monde? Lire dérange-t-il vraiment l’écriture, pour tout dire, je n’en suis pas si sûre. Face à l’engourdissement devant l’écran qui finit par arrondir le dos et apathir les doigts, lire remet la pensée en mouvement. Lire ailleurs et autre chose remet l’objet d’écriture à sa place. Il ne faudrait pas se perdre dans les mondes qui s’ouvrent en défilé de gouttes d’eau, 1 nouveau tweet, 5 nouveaux tweets, 21 nouveaux tweets, non, c’est sûr, mais de là à s’en priver? Laisser perler les combats pour un monde moins pire dans une recherche dont le sens reste encore à se dévoiler, c’est peut-être une bonne facon de rendre la quête plus vivante.

Allez, un canard.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *