Les miettes du monde (liar, liar, pants on fire)

Alors que Twitter devient pour beaucoup d’entre nous une source d’informations parmi d’autres, on dirait bien que les garde-fous ont été oubliés au passage. Les miettes d’information s’amoncellent en montagnes de désinformation. Avons-nous à ce point désappris à mettre en question, à vérifier, à interroger, pour que la masse suffise à faire preuve?

Les grands hashtags de ces dernières semaines – le brexit par exemple – n’ont pas échappé à cette culture du mensonge. Ma timeline personnelle a largement tenté, par le même moyen, tweet contre tweet, de dénoncer les mensonges (j’en ai fait autant), mais avec un effet dont la portée est restée bien en-deca des informations erronées répandues sous diverses formes sur la toile, en particulier sur twitter (sur des autobus aussi, comme on sait).

Il y a quelque chose de déchirant à constater que ce qui peut apporter de la solidité aux informations, favoriser l’esprit critique, aider à s’orienter dans le monde (nous sommes informés comme jamais nous ne l’avons été, l’internet nous donne les moyens de comparer des sources en un clic) a un effet diamétralement opposé. Les usagers ne vont pas en majorité (ou pas tous, en tout cas pas les plus bruyants) vers un usage raisonné de twitter. Puisqu’il faut, de toute évidence, faire de la pédagogie sur ce sujet, et y réfléchir, quand allons-nous nous y mettre sérieusement?

Twitter continue à échapper, aux utilisateurs, aux pouvoirs publics, au monde scientifique. Tantôt outil de dissémination, de culture, d’accès, il se mue sans crier gare en instrument de propagande. Les usagers savent bien que twitter est une exposition, et que toute exposition va avec des mécanismes de protection, par exemple de protection de la vie privée. La peur, sans doute, fait perdre le contrôle sur les mécanismes de protection de bon sens. La peur, la haine, qui s’étalent sans gêne. Mais comment retourner l’outil contre ces déviances, et lui faire ouvrir un cercle vertueux?

Sans solution pour l’heure. Mais le frisson dans le dos à voir qu’avec cette pratique, la culture du mensonge gagne du terrain à tous les niveaux, du virtuel au réel.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *