César Salade

Ca a dégainé vite, quand BFM-TV a mal retranscrit un discours de Bruno Le Maire et transformé « Les femmes » en « Nos femmes » dans un livetweet d’un discours tenu par ce dernier. Le feu a pris à grande vitesse, la polémique s’est embrasée avant d’avoir eu le temps de dire ouf, tant et si bien qu’il ne restait, sur les décombres fumantes du débat, plus qu’à dire oups, comme par exemple ici dans Libération avec la lucidité de 24 heures de recul. Oups, en fait, on n’avait pas vérifié la source de la citation, regardé par soi-même le film du discours, avant de diffuser et commenter l’information erronée.

Le livetweet est un exercice périlleux, au moins autant interprétation que reproduction d’information, comme le montre cet épisode significatif.  Ce n’est pas seulement le livetweet d’ailleurs: twitter, pour beaucoup, consiste à rediffuser des informations reçues soit sous forme de tweet, soit sous forme de lien. Que ce soit simplement en indiquant le lien ou en citant explicitement des extraits, le tweet est par nature un multiplicateur, ajoutant de la plus-value à l’information par le plus grand nombre de (re)diffusions. Parfois, on retweete parce que c’est drôle; parfois, parce que c’est charmant; parfois, parce que c’est révoltant. Il y a toujours de bonnes raisons.

Ironie du sort ou hasard, cette histoire tombe en même temps qu’un colloque consacré au rapport entre savoir et témoignage. Qu’est-ce qui est authentique, s’y demande-t-on; à quoi sert le canon du savoir établi, cité, transmis, si rien ne nous garantit qu’il se fonde sur quelque chose qui a vraiment existé? Le détour effectué ce matin au cours du colloque par les sources classiques et leur recours au témoignage comme fondement d’un savoir par principe véridique, en parallèle d’un usage rhétorique de la citation, pousse à mettre en perspective les relations entre témoignage et savoir et à revoir les exigences que l’on peut avoir vis-à-vis des citations qui truffent nos tweets.

La tentation est grande, lorsqu’on reçoit une information juteuse (par qui déjà? oh, peu importe, c’est tellement renversant), de la retweeter illico – comme une manière d’ajouter son point d’exclamation personnel à la pâmoison collective. Mais si l’on y regarde bien, il y a une quantité assez considérable de ces tweets qui ne comportent tout simplement pas de sources. Or le danger vient de ce que le charme du tweet, c’est précisément que l’information vient vite et qu’elle repart tout aussi vite, pas de lourdeur administrative, hop là, on cite Platon en ne citant pas vraiment Platon, on invente un témoignage pour un procès qui n’a jamais eu lieu, on s’amuse d’un bon mot dont on ne connaitra jamais l’auteur initial. Bien qu’il soit en théorie toujours possible de retracer l’attribution d’origine, la salade qui nous arrive dans la timeline est telle qu’il est bien difficile, finalement, de rendre à César ce qui lui appartient.

Peut-être cet épisode est-il un illustration, à défaut d’autre chose, à même de rappeler que le sens critique est un assaisonnement nécessaire à la consommation et à la confection du tweet.


Anne Baillot

I studied German Studies and Philosophy in Paris where I got my PhD in 2002. I then moved to Berlin, where I have been living & doing research ever since. My areas of specialty include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history. I am currently working at the Centre Marc Bloch in Berlin as an expert in digital technologies for the humanities.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *