Un compte à dormir debout

Passant insensiblement du mépris à l’inquiétude, les réfractaires à twitter commencent à s’inquiéter. Il est vrai que la tendance inflationnaire à intégrer des tweets dans des articles de presse prend des proportions nouvelles, en particulier depuis l’élection d’un tweeteur impulsif à la Maison Blanche.

À force, quelques règles du jeu sont connues. On sait pour les 140 caractères. On devine bien, vu le niveau de certains tweets, que leur temps de rédaction et d’envoi est comprimé, comparable à la réaction d’un enfant à une vexation: billet retour avant d’avoir tourné songé aux conséquences. Mais de là à apprécier un article de presse opposant différentes positions sous la forme d’une séries d’encadrés reproduisant des tweets: que penser de ceux qui les écrivent, de ceux qui les reproduisent ainsi, et de notre manière de les lire? Les journalistes sont-ils là pour nous résumer leur timeline?

L’exposition de soi, pourquoi pas; partons du principe que nous sommes sans doute un peu tous exhibitionnistes, en tout cas tous ceux qui sont sur twitter, même si les degrés varient. Mais l’exposition de soi en tant qu’on est porteur d’une fonction sociale ou politique significative modifie en règle générale l’usage de toute parole publique. Le compte twitter d’un ministre, d’un président, sont une manière de faire de la politique: présenter la face policée d’un programme, figer la spontanéité dans une parole dont chacun des 140 caractères sera pesé avant d’être posé. Quand on considère la manière dont les tweets s’immiscent de plus en plus dans les analyses de presse, on peut se demander à quoi exactement sert le compte twitter d’un homme ou d’une femme politique. A-t-il vocation à remplacer des déclarations au micro des journalistes ou des résumés de communiqués de presse, à mimer un dialogue social avec « les gens »? Ce serait en effet trois aspects essentiels de l’écriture sur twitter qu’on trouverait là mis à profit: la brièveté comme condensateur du message, la rapidité du « je-jette-ça-là » pour un positionnement instantané, l’intégration à un discours dont la médialité a une portée sociale potentiellement décloisonnée.

Que certaines luttes se passent aussi sur twitter, sans doute. Que certaines formations politiques s’y soient mises plus tôt et différemment que d’autres, évidemment. Et que chaque mentalité politique y mette quelque chose de sa couleur, voilà qui paraît normal. C’est plutôt le « qu’en faire? » qui laisse pantois. Que faire de tweets qui disparaissent (ou pas), de déferlements anonymes de haine, de fonctions fortes comme une présidence dont l’image se trouve profondément amochée par l’exposition de sentiments bruts (là aussi, l’une des fonctions essentielles du twitter personnel: laisser épancher les sentiments trop forts comme si le partage permettait d’y faire, individuellement, mieux face)? Que faire de cette manipulation permanente de notre position de citoyens réduits à lire des condensés de coups de gueule plus ou moins bien balancés, parfois complètement à côté de la plaque, des élus ou d’autres représentants de la société civile? Que représentent leurs tweets? Allons-nous vouloir voter pour ces tweets? Ou plutôt: pour quel tweeteur allons-nous vouloir voter?

Nous ne sommes pas encore assez armés pour faire quelque chose de l’aplanissement du discours (dans la densité, la temporalité et la relation) de ces tweets et des articles de presse qui s’en nourrissent: ni pour l’imposer à ceux qui ne connaissent pas vraiment les règles du genre, ni pour prendre pour argent comptant les détenteurs des comptes cités dans ces articles de presse. Que se cache-t-il donc derrière un nom sur twitter? De quoi chaque compte est-il le conte? Rien de cela n’est humainement décryptable in extenso, et sans doute le mieux que nous puissions espérer serait-il d’apprendre à lire les flux de retweets, de réponses et leurs mouvements de diffusion, plutôt que de les poursuivre un à un, encadrés dans des articles de presse. La méthode scientifique au secours du journalisme?


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *