En cadeau, en partage

Le 10 décembre 2016, j’ai soutenu mon habilitation à diriger des recherches à l’EHESS, à Paris. Je n’ai pas fait d’annonce sur des listes de diffusion, mais ai tâché d’avertir celles et ceux qui ont accompagné cette aventure qu’elle parvenait à son terme. Cela incluait un certain nombre de personnes qui avaient suivi tout cela sur twitter. S’en est ensuivi quelque chose d’étonnant: des gens que je ne connaissais parfois que virtuellement sont venus à la soutenance, pour certaines de fort loin, et m’ont fait l’incroyable cadeau d’un livetweet (sous le hashtag #hdrABaillot) que j’ai rassemblé ensuite dans un storify avec l’aide de Melanie Seltmann. L’expérience, forcément subjective, forcément sous une coquille ou sous une cloche, qu’est la soutenance universitaire, s’est alors transformée en son contraire.

Twitter a ce jour-là bien fait la preuve qu’il peut deux choses a priori impossibles: d’une part faire se rejoindre le virtuel et le réel en partant du virtuel pour aller vers le réel, et d’autre part ouvrir des espaces clos, en particulier de communication scientifique, pour les ouvrir d’une manière finalement peu problématique.

Le storify du livetweet réalisé lors de ma soutenance a pour moi en premier lieu valeur d’archive. Il conserve une trace, qui s’assume comme n’étant pas complète. À titre personnel et subjectif, c’est une trace d’autant plus précieuse qu’elle me permet de dépasser le souvenir de mes insuffisances au moment de la soutenance. Du point de vue de la maîtrise technique, c’est un modèle du genre. Ce livetweet a été fait avec expertise, attention – et tendresse. Pas un mot rude, pas un mot de trop, mais une fidélité au propos et une mise en relief des questions propres aux personnes faisant le livetweet, en complet respect de la discussion dont elles n’étaient que spectatrices. Sans doute est-ce là l’immense bénéfice d’un livetweet de qualité: préserver l’espace de discussion observé pour lui-même, tout en soulevant de manière à la fois pertinente et légère, comme un voile dont on soulèverait un petit coin, pudiquement, les choses qui font écho en vous. S’il fallait faire une théorie du livetweet et expliquer le type de distance narrative vraiment opérationnelle, je prendrais à coup sûr celui-là en exemple. On y voit les questions en suspens, la hâte à saisir les choses spécialement brûlantes, la lutte avec les 140 caractères entre abréviations et fautes de frappe, mais avec l’avantage d’être au plus près de l’immédiateté, de la simultanéité des débats, qu’il était possible de rendre dans tout ce qu’elles avaient de brûlant.

Le livetweet a été largement suivi au moment même. À cette heure où je songeais que l’on va plutôt faire son marché du samedi matin, il a été assez clair au plus tard à la toute fin de la soutenance que nombreux étaient ceux qui avaient suivi le livetweet dans les trois heures précédentes. Je n’ai vu tout cela qu’après coup, dans l’après-midi. Autant la dimension d’archive, subjective et positive, m’a d’emblée mis du baume au coeur, autant la grande diffusion du livetweet est plus complexe a mettre en ordre et en oeuvre. À aucun moment il ne s’est agi pour moi de faire de la publicité. Cet élargissement soudain du cercle était immaîtrisable. Peu de temps auparavant, parlant avec quelqu’un que j’estime de l’importance de la transparence et de la diffusion, cette personne mettait tout cela sous la dénomination « la foire aux vanités scientifiques », ce qui m’a mise très mal à l’aise. Est-ce forcément vouloir se mettre en valeur que de laisser libre accès? De fait, la plupart des phénomènes de filtres ou de tri dont nous disposons aujourd’hui sont si peu sophistiqués qu’il est finalement assez facile de faire sa « publicité ». Comment, dès lors, distinguer la transparence de la publicité, la diffusion de la parade de ses vanités?Ces questions-là aussi sont importantes, et sans ce livetweet, j’aurais sans doute mis plus de temps à me les poser aussi directement.

Pour cela, et pour tout le reste, pour ce cadeau, ce partage inoui: merci à vous, Julie, Marie, Catherine et Claire. À charge de revanche, quand le temps sera venu. Nous pourrons alors faire une archive des storifies de soutenance d’HDR (dussions-nous acheter des actions twitter pour nous assurer de leur archivabilité).


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *