Catégorie : Genres

0

En cadeau, en partage

Le 10 décembre 2016, j’ai soutenu mon habilitation à diriger des recherches à l’EHESS, à Paris. Je n’ai pas fait d’annonce sur des listes de diffusion, mais ai tâché d’avertir celles et ceux qui ont accompagné cette aventure qu’elle parvenait à son terme. Cela incluait un certain nombre de personnes qui avaient suivi tout cela sur twitter. S’en est ensuivi quelque chose d’étonnant: des gens que je ne connaissais parfois que virtuellement sont venus à la soutenance, pour certaines de fort loin, et m’ont fait l’incroyable cadeau d’un livetweet (sous le hashtag #hdrABaillot) que j’ai rassemblé ensuite dans un storify avec...

0

Un compte à dormir debout

Passant insensiblement du mépris à l’inquiétude, les réfractaires à twitter commencent à s’inquiéter. Il est vrai que la tendance inflationnaire à intégrer des tweets dans des articles de presse prend des proportions nouvelles, en particulier depuis l’élection d’un tweeteur impulsif à la Maison Blanche. À force, quelques règles du jeu sont connues. On sait pour les 140 caractères. On devine bien, vu le niveau de certains tweets, que leur temps de rédaction et d’envoi est comprimé, comparable à la réaction d’un enfant à une vexation: billet retour avant d’avoir tourné songé aux conséquences. Mais de là à apprécier un article de presse...

0

César Salade

Ca a dégainé vite, quand BFM-TV a mal retranscrit un discours de Bruno Le Maire et transformé « Les femmes » en « Nos femmes » dans un livetweet d’un discours tenu par ce dernier. Le feu a pris à grande vitesse, la polémique s’est embrasée avant d’avoir eu le temps de dire ouf, tant et si bien qu’il ne restait, sur les décombres fumantes du débat, plus qu’à dire oups, comme par exemple ici dans Libération avec la lucidité de 24 heures de recul. Oups, en fait, on n’avait pas vérifié la source de la citation, regardé par soi-même le film du discours, avant...

0

Une autre idée du Livetweet

Je signale la passionnante interview de Mathilde Larrère, Faire de l’histoire avec Twitter?, qui revient à la fois sur les techniques narratives et analytiques de la forme brève, et sur les ambiguïtés du statut public/privé du compte twitter. Bonne lecture!

0

L’arbre qui cache l’aphorisme

Plantés en forêt, version amazonienne toutes espèces confondues, Brexit, Euro de football, été pourri, attentats, conventions républicaine et démocrate, les événements remplissent twitter. C’est dru, c’est dense, on s’y oriente à peine. Il faut une bonne boussole et de quoi élaguer. Mais que cherché-je ici? L’explication des sirènes de pompier au bout de ma rue? Les raisons du mouvement de panique à l’entrée du RER? Je les y trouve. Mais sérieusement, que cherché-je ici? Ça? La précipitation des événements et ma vie dans ces deux pays, et ces deux capitales, semblent avoir transformé twitter en flot d’information en prise directe sur...

0

Saisir l’instant

Lors des congrès, il y a traditionnellement un moment de socialisation autour d’une visite guidée: brasserie, cave, tour en bateau sur le fleuve qui traverse la ville… en général, le défi pour les organisateurs consiste à trouver une visite en lien avec le thème du congrès, ce qui n’est pas toujours évident. Lors de la conférence annuelle de la Text Encoding Initiative qui s’est tenue à Lyon la semaine dernière, il était question d’encodage numérique de textes. Quoi de plus adéquat, dès lors, que d’aller visiter une bibliothèque recelant des ouvrages remontant au 6ème siècle et sans doute le mieux à même de...

0

Le grand frISSoN (pour une fourmi de dix-huit mètres)

Depuis aujourd’hui, ce blog a un numéro ISSN. Concrètement, cela veut die que la DNB (l’équivalent allemand de la BNF) va l’archiver et que, si tout se passe normalement, mes arrières-petits-enfants pourront lire ces lignes (bonjour mes petiots!). Ce carnet de recherche s’est ainsi mué en un legs intellectuel pour lequel un État se porte garant et dépositaire. Je suis un peu fière. Il est bien dommage que, pour la plupart des bloggeurs, cet aspect ne soit que secondaire par rapport à un autre.

0

Seul contre tous?

Aujourd’hui, un compte twitter, seul dans le vent, livrait un compte-rendu en direct d’une conférence sur la poubellisation des jeunes cherheurs et l’avenir de la recherche qui avait lieu à l’Université Technique de Dresde. Personne d’autre dans l’assemblée n’était sur twitter, l’ensemble des autres participants se concentrait uniquement sur la discussion dans la salle. Lucas Garske (c’est la personne qui se cache – sans trop se cacher – derrière @PaintItScience) a rendu compte durant toute la journée du contenu des discussions, sans faiblir, en utilisant un hashtag inventé par et pour lui (#VdNZdW). Jusqu’à ce que la batterie expire vers...

0

Un leprechaun et un chaud-froid

Je reprends le fil. Je ne m’informe pas en détail des gens qui cessent de me suivre, mais je recois en revanche un message lorsque quelqu’un se met à me suivre. En général, quand je vois que se mettent à me suivre des gens dont je pensais qu’ils me suivaient déjà, je sens un vent de panique. Mais qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour qu’ils ne veuillent plus me lire? (je pourrais me réjouir de ce qu’ils se ravisent, mais évidemment, non)

1

Le lièvre

Bien que je me voie plutôt en tortue, le genre à partir tôt pour être sûr d’arriver à temps, je me retrouve régulièrement à jouer les lièvres. Il y a lièvre et lièvre, bien évidemment, et en l’occurrence je parle du genre d’animaux dont c’est la tâche de motiver les autres à avancer. C’est ainsi que je voyais mon rôle lors de la conférence de l’association germanophone des humanités numériques (#dhd2015) lorsque j’ai proposé de coordonner la couverture et l’archivage des tweets. Le résultat en images donne ceci. 

0

Revenir

  Depuis quelques temps, je reviens sur mes pas. Cela avait commencé au printemps 2014, lors de mon séjour de recherche à l’institut historique allemand à Paris. Revenir à Paris pour y revivre une vie d’étudiante si longtemps après, 15 ans presque: c’était à la fois magnifique et douloureux. Me rappeler que j’étais partie alors que je voulais rester. Marcher le long de la Seine à 9 heures du soir. La semaine dernière, je suis retournée à Genshagen, où j’ai remis mes pas dans les traces que j’y avais laissées il y a quatre ans. Rêver d’étoiles, finalement, était encore possible....

0

Dans la peau d’une pipette

Vous avez bien lu, dans la peau d’une pipette – pas dans celle d’une pipelette. Je change de main demain – pour rester dans l’allitération – pour prendre celle d’@EnDirectDuLabo, compte twitter que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ici. Dans la mesure où il s’agit de la dernière semaine du semestre, une semaine qui comprend lundi une réunion d’institut et mardi 3 heures de cours 700 km plus loin, je pense que je n’aurai pas le loisir d’y aller de mon bout rimé pour ma part.