Catégorie : hashtags

0

Ils seront des centaines pour prendre ma place

Avec ou sans hashtag, c’est le déluge. Les tweets répertoriant des arrivées de train, la situation à la gare de Budapest, les besoins en eau dans les différents points d’aide, l’inaction des politiques, les écueils, les espoirs.

0

Ecrire comme chiffres de neige au soleil

Qu’il soit saute d’humeur, emporte-pièce ou recommandation de lecture, on commence en général un tweet avec une expression bien tournée en tête. Après avoir tapé les 3 premiers mots, il faut se rendre à l’évidence: ca ne tiendra pas en 140 caractères. Soit on modifie mentalement la tournure pour l’abréger, soit on la tape en entier, puis on la raccourcit – le plus souvent, il n’y a pas de trop des deux procédés: on commence par raccourcir mentalement avant de raccourcir encore dans la fenêtre d’écriture. Il y a peu d’idées subtiles qui tiennent naturellement en si peu de caractères. Alors, il faut...

0

Seul contre tous?

Aujourd’hui, un compte twitter, seul dans le vent, livrait un compte-rendu en direct d’une conférence sur la poubellisation des jeunes cherheurs et l’avenir de la recherche qui avait lieu à l’Université Technique de Dresde. Personne d’autre dans l’assemblée n’était sur twitter, l’ensemble des autres participants se concentrait uniquement sur la discussion dans la salle. Lucas Garske (c’est la personne qui se cache – sans trop se cacher – derrière @PaintItScience) a rendu compte durant toute la journée du contenu des discussions, sans faiblir, en utilisant un hashtag inventé par et pour lui (#VdNZdW). Jusqu’à ce que la batterie expire vers...

1

Le lièvre

Bien que je me voie plutôt en tortue, le genre à partir tôt pour être sûr d’arriver à temps, je me retrouve régulièrement à jouer les lièvres. Il y a lièvre et lièvre, bien évidemment, et en l’occurrence je parle du genre d’animaux dont c’est la tâche de motiver les autres à avancer. C’est ainsi que je voyais mon rôle lors de la conférence de l’association germanophone des humanités numériques (#dhd2015) lorsque j’ai proposé de coordonner la couverture et l’archivage des tweets. Le résultat en images donne ceci. 

0

Avatars

Après avoir bataillé avec ma conscience pour ne pas tweeter pendant plusieurs semaines, et avoir été libérée de cette contrainte délétère à la mi-décembre, je songeais à changer l’image qui figure dans ma petite icône twitter. Jusqu’ici, je me cachais derrière un portrait de l’écrivain Helmina von Chézy, sur laquelle travaille l’une de mes doctorantes. Avant d’avoir pu choisir une nouvelle image ou me tirer un portrait ad hoc, je suis passée dans la journée du 7 janvier spontanément à la phrase « Je suis Charlie » sur fond noir, stylisée par Joachim Roncin. Dès le 8 s’est posée à moi la...

0

Veille sur moi (#whytwit et #whynottwit)

La blogosphère me semble plus encline à l’autocritique que la tweetosphère, à en juger par les réactions au ballon #whytwit lancé hier soir. Si la question « pourquoi blogger » appelle le plus souvent la question « pourquoi ne pas blogger », la question « pourquoi tweeter » semble assez peu appeler « pourquoi ne pas tweeter ».