Archive du mois : octobre 2014

2

Le silence

Voici maintenant près d’un mois que dure mon abstinence. Les effets de mon absence de tweets m’étonnent un peu. Je ne lis pas moins twitter, je n’ai pas significativement perdu de followers. Je favorise des tweets bien plus que je ne le faisais avant, et j’envoie aussi plus de messages directs. Sortes de petits signaux dans la brume: je suis encore là, invisible.

0

Ringardisation immédiate

Un entrefilet de la Zeit de la semaine dernière (évidemment introuvable en ligne) réduit à néant mes efforts de systématisation de la semaine dernière, ringardisant sur place mon billet.

0

Mon état de l’art sur twitter comme forme brève

Lors d’une audition, j’ai été invitée à faire un extrait de cours sur un sujet en partie prédéfini (« Introduction aux études littéraires numériques ») et ai à cet effet préparé une sorte de noyau de cours sur « Twitter comme forme littéraire ». Les exemples sont essentiellement en allemand du fait du contexte d’origine, mais je tenais à reprendre ici les grandes idées, qui sont celles à partir desquelles j’ai conçu ce carnet.

0

Quelques liens (Die Zeit et la twitterature)

Après avoir ajouté les catégories « Auteurs » et « Genres » à ce carnet, j’ajoute « Revue de presse ». Voici quelques liens piochés dans la Zeit en rapport avec la twitterature: – un compte-rendu d’ouvrage condensant des chefs d’oeuvre de la littérature mondiale en tweets; – un article de Harald Martenstein s’interrogeant sur le bien-fondé de l’usage de Twitter; – un article sur la place de la twitterature dans le paysage littéraire contemporain.  

0

Tweets à un jeune poète

Hier m’a été donné le plaisir inattendu de faire découvrir les Lettres à un jeune poète de Rilke à un groupe de jeunes germanistes (étudiants en littérature allemande dans l’université d’Allemagne du sud où j’exerce ce semestre). Je n’en ai pas vraiment fait ce que j’aurais dû en faire pour une première approche, qui aurait dû être, sans doute, axée sur la poésie qui émane profondément de ce texte, une poésie teintée d’un rapport d’amour-haine avec la critique littéraire qui devient au fil des lettres de plus en plus ambigu, Rilke refusant d’abord tout jugement critique et s’y prêtant de plus...

0

Moins 140, un conte d’hiver

À toute chose malheur est bon: indépendamment des raisons (bonnes ou mauvaises) qui expliquent mon actuel mutisme sur twitter, cet hiver à passer sans la compagnie des 140 caractères sera l’occasion, par l’intermédiaire de ce carnet de recherche, de formaliser enfin un travail commencé il y a plus d’un an et resté jusqu’ici hors de tout processus de systématisation, sur une question en apparence assez quelconque: à quoi cela rime-t-il de tweeter? Tweeter, c’est, bien sûr, s’intégrer à une communauté, faire circuler de l’information – vite et loin -, être en prise avec la totalité d’un monde qui semble soudain...

1

140 caractères

Le carnet analyse les potentialités de twitter en tant que pratique d’écriture. Quelles ressources et quelles limitations twitter présente-t-il, comment celles-ci sont-elles exploitées? On reviendra sur la proximité entre tweet et aphorisme, sur la filiation entre tweet et lettre, et sur la relation à un lectorat en partie évanescent. On explorera les effets de l’intégration d’autres médias (images, films) et les jeux de renvois par liens à la fois en tant qu’innovations et dans leur relation à des pratiques médiatiques plus anciennes (combinations image/texte). Ce blog se propose à la fois d’observer les pratiques existantes et d’analyser des expérimentations qui...