Archive du mois : novembre 2014

0

Veille sur moi (#whytwit et #whynottwit)

La blogosphère me semble plus encline à l’autocritique que la tweetosphère, à en juger par les réactions au ballon #whytwit lancé hier soir. Si la question « pourquoi blogger » appelle le plus souvent la question « pourquoi ne pas blogger », la question « pourquoi tweeter » semble assez peu appeler « pourquoi ne pas tweeter ».

0

24 heures dans la vie de Philae

Il semble donc que ce soit en passe de devenir une règle: pour peu que j’énonce une vague règle sur ce carnet, elle est contredite dans les 48 heures. J’écrivais la semaine dernière que je ne me passionnais guère, en général, pour les événements de masse sur twitter. La journée d’hier en a été un démenti flagrant. Rivée au goutte à goutte des nouvelles, j’ai suivi l’acomettissage de Philae minute par minute. 

0

Le tweet comme courte-échelle

Rilke, donc. J’édite 7 lettres de Rilke avec un petit groupe d’étudiants en littérature; nous sommes allés en archives hier renifler les originaux, les étaler, les mesurer, nous interroger sur les couleurs du papier, le motif du sceau, les chiffres sur les enveloppes. Les étudiants hypnotisés par l’effet code secret (cette facon de ne pas vouloir se détacher de la feuille de papier tant qu’elle n’a pas livré tous ses secrets, alors qu’on en est à déchiffer un mot sur quatre), il n’a pas vraiment été possible de s’intéresser au contenu en détail. Mais les scans sont commandés, nous avons...

0

Tweeting is real writing

Depuis une semaine environ, ma timeline germanophone se délecte de la nouvelle d’un cours proposé à Philadelphia (Université de Pennsylvanie) dont le thème est particulièrement alléchant: « Perdre son temps sur internet ».