Archive du mois : juillet 2015

0

Ecrire comme chiffres de neige au soleil

Qu’il soit saute d’humeur, emporte-pièce ou recommandation de lecture, on commence en général un tweet avec une expression bien tournée en tête. Après avoir tapé les 3 premiers mots, il faut se rendre à l’évidence: ca ne tiendra pas en 140 caractères. Soit on modifie mentalement la tournure pour l’abréger, soit on la tape en entier, puis on la raccourcit – le plus souvent, il n’y a pas de trop des deux procédés: on commence par raccourcir mentalement avant de raccourcir encore dans la fenêtre d’écriture. Il y a peu d’idées subtiles qui tiennent naturellement en si peu de caractères. Alors, il faut...

1

La confusion des sentiments

Il y a un certain nombre d’émotions qu’il est impossible de faire tenir en 140 caractères, mais inversement il y a des émotions qui se prêtent tout à fait à l’éructation: la joie, la colère, la lassitude, l’enthousiasme, par exemple. Les émotions positives peuvent être renforcées du fait de pouvoir y associer des destinataires – promotion professionnelle, aboutissement d’un travail, découverte heureuse, sont décuplés par le partage et, ricochet supplémentaire, par les réactions de bonheur partagé. Les émotions négatives, elles, peuvent être sur twitter directement dirigées vers les instances reponsables de la misère du moment: transport en commun défaillant, service...

0

Le grand frISSoN (pour une fourmi de dix-huit mètres)

Depuis aujourd’hui, ce blog a un numéro ISSN. Concrètement, cela veut die que la DNB (l’équivalent allemand de la BNF) va l’archiver et que, si tout se passe normalement, mes arrières-petits-enfants pourront lire ces lignes (bonjour mes petiots!). Ce carnet de recherche s’est ainsi mué en un legs intellectuel pour lequel un État se porte garant et dépositaire. Je suis un peu fière. Il est bien dommage que, pour la plupart des bloggeurs, cet aspect ne soit que secondaire par rapport à un autre.