140 caractères Site

0

Seul contre tous?

Aujourd’hui, un compte twitter, seul dans le vent, livrait un compte-rendu en direct d’une conférence sur la poubellisation des jeunes cherheurs et l’avenir de la recherche qui avait lieu à l’Université Technique de Dresde. Personne d’autre dans l’assemblée n’était sur twitter, l’ensemble des autres participants se concentrait uniquement sur la discussion dans la salle. Lucas Garske (c’est la personne qui se cache – sans trop se cacher – derrière @PaintItScience) a rendu compte durant toute la journée du contenu des discussions, sans faiblir, en utilisant un hashtag inventé par et pour lui (#VdNZdW). Jusqu’à ce que la batterie expire vers...

0

Parce qu’il faut un objet d’amour

Les oiseaux chantent si fort que, depuis le balcon, j’entends tout juste cette mélodie de Yann Tiersen tirée du fabuleux destin d’Amélie Poulain que l’on croisait partout il y a dix ans et qu’un pianiste amateur, trois numéros plus haut, aime jouer fenêtres ouvertes. Dans la petite boîte aux 140 caractères aussi, allez savoir pourquoi, le coeur prend sa revanche. Les fils se renouent et retissent,

0

La vague à l’âme

Des jours, des semaines, des mois que je n’ai pas nourri ce carnet de recherche. Les choses affluent, repoussant toujours plus loin, au bout du bout du temps qui reste, l’horizon des 140 caractères. Je les lis, pourtant, comme ils arrivent, les petits paquets-cadeaux de mots et d’images. À peine ai-je tourné le dos à l’ordinateur qu’il y en a déjà qui attendent, comme une multitude de calendriers de l’avent fabriqués en l’espace de 5 minutes par des lutins malicieux, 87 tweets, 126 tweets, ou même 200. Et voici le calendrier qui s’ouvre, inexorable,

0

Un leprechaun et un chaud-froid

Je reprends le fil. Je ne m’informe pas en détail des gens qui cessent de me suivre, mais je recois en revanche un message lorsque quelqu’un se met à me suivre. En général, quand je vois que se mettent à me suivre des gens dont je pensais qu’ils me suivaient déjà, je sens un vent de panique. Mais qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour qu’ils ne veuillent plus me lire? (je pourrais me réjouir de ce qu’ils se ravisent, mais évidemment, non)

1

Le lièvre

Bien que je me voie plutôt en tortue, le genre à partir tôt pour être sûr d’arriver à temps, je me retrouve régulièrement à jouer les lièvres. Il y a lièvre et lièvre, bien évidemment, et en l’occurrence je parle du genre d’animaux dont c’est la tâche de motiver les autres à avancer. C’est ainsi que je voyais mon rôle lors de la conférence de l’association germanophone des humanités numériques (#dhd2015) lorsque j’ai proposé de coordonner la couverture et l’archivage des tweets. Le résultat en images donne ceci. 

0

Revenir

  Depuis quelques temps, je reviens sur mes pas. Cela avait commencé au printemps 2014, lors de mon séjour de recherche à l’institut historique allemand à Paris. Revenir à Paris pour y revivre une vie d’étudiante si longtemps après, 15 ans presque: c’était à la fois magnifique et douloureux. Me rappeler que j’étais partie alors que je voulais rester. Marcher le long de la Seine à 9 heures du soir. La semaine dernière, je suis retournée à Genshagen, où j’ai remis mes pas dans les traces que j’y avais laissées il y a quatre ans. Rêver d’étoiles, finalement, était encore possible....

0

Dans la peau d’une pipette

Vous avez bien lu, dans la peau d’une pipette – pas dans celle d’une pipelette. Je change de main demain – pour rester dans l’allitération – pour prendre celle d’@EnDirectDuLabo, compte twitter que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ici. Dans la mesure où il s’agit de la dernière semaine du semestre, une semaine qui comprend lundi une réunion d’institut et mardi 3 heures de cours 700 km plus loin, je pense que je n’aurai pas le loisir d’y aller de mon bout rimé pour ma part.

1

Dessine-moi un mouton? 140 caractères pour une fiction

Alors que je cherchais tout autre chose (on ne me fera pas croire que le web n’a pas quelque chose d’une bibliothèque, ne serait-ce que parce qu’on trouve difficilement ce qu’on y cherche, qu’on ne comprend jamais bien la facon dont c’est organisé, et qu’on tombe en route sur tout un tas de choses dont on ne peut soudain plus se passer), j’ai découvert le challenge twitter-fiction sur le site du guardian. 21 auteurs connus se sont prêtés au jeu, qui consistait à inventer une histoire en maximum 140 caractères.

0

Avatars

Après avoir bataillé avec ma conscience pour ne pas tweeter pendant plusieurs semaines, et avoir été libérée de cette contrainte délétère à la mi-décembre, je songeais à changer l’image qui figure dans ma petite icône twitter. Jusqu’ici, je me cachais derrière un portrait de l’écrivain Helmina von Chézy, sur laquelle travaille l’une de mes doctorantes. Avant d’avoir pu choisir une nouvelle image ou me tirer un portrait ad hoc, je suis passée dans la journée du 7 janvier spontanément à la phrase « Je suis Charlie » sur fond noir, stylisée par Joachim Roncin. Dès le 8 s’est posée à moi la...

1

Libre comme l’air

Les choses auraient sans doute été plus simples si je n’avais pas été fatiguée au point de ne plus être capable de rentrer un mot de passe correctement. C’est à 9:53 exactement que j’ai réussi à me logger et pu commencer à annoncer, expliquer, et lancer l’interview de deux heures sur les réseaux historiques que je donnais depuis le compte de l’AG Digitale Geschichtswissenschaft prévue de 10 à 12h ce 17 décembre 2014. Deux heures de gazouillis à l’air frais –

0

Veille sur moi (#whytwit et #whynottwit)

La blogosphère me semble plus encline à l’autocritique que la tweetosphère, à en juger par les réactions au ballon #whytwit lancé hier soir. Si la question « pourquoi blogger » appelle le plus souvent la question « pourquoi ne pas blogger », la question « pourquoi tweeter » semble assez peu appeler « pourquoi ne pas tweeter ».

0

24 heures dans la vie de Philae

Il semble donc que ce soit en passe de devenir une règle: pour peu que j’énonce une vague règle sur ce carnet, elle est contredite dans les 48 heures. J’écrivais la semaine dernière que je ne me passionnais guère, en général, pour les événements de masse sur twitter. La journée d’hier en a été un démenti flagrant. Rivée au goutte à goutte des nouvelles, j’ai suivi l’acomettissage de Philae minute par minute. 

0

Le tweet comme courte-échelle

Rilke, donc. J’édite 7 lettres de Rilke avec un petit groupe d’étudiants en littérature; nous sommes allés en archives hier renifler les originaux, les étaler, les mesurer, nous interroger sur les couleurs du papier, le motif du sceau, les chiffres sur les enveloppes. Les étudiants hypnotisés par l’effet code secret (cette facon de ne pas vouloir se détacher de la feuille de papier tant qu’elle n’a pas livré tous ses secrets, alors qu’on en est à déchiffer un mot sur quatre), il n’a pas vraiment été possible de s’intéresser au contenu en détail. Mais les scans sont commandés, nous avons...