Moins 140, un conte d’hiver

À toute chose malheur est bon: indépendamment des raisons (bonnes ou mauvaises) qui expliquent mon actuel mutisme sur twitter, cet hiver à passer sans la compagnie des 140 caractères sera l’occasion, par l’intermédiaire de ce carnet de recherche, de formaliser enfin un travail commencé il y a plus d’un an et resté jusqu’ici hors de tout processus de systématisation, sur une question en apparence assez quelconque: à quoi cela rime-t-il de tweeter? Tweeter, c’est, bien sûr, s’intégrer à une communauté, faire circuler de l’information – vite et loin -, être en prise avec la totalité d’un monde qui semble soudain s’enfler en un point lorsque le dialogue s’établit. Mais c’est aussi manier l’aphorisme, l’ironie, et condenser les grands principes de l’épistolaire dans une écriture définie par le fait même d’être adressée tout en se réappropriant cette notion d’adresse.

Pour ces retrouvailles avec ma langue maternelle sous forme de carnet de recherche, j’aurais aimé que le coeur du sujet ne soit pas un mot qui en soi-même invite assez peu à la réflexion – volatile volage, à la merci des lois du marché, méprisé des gens sérieux. Mais les romans-feuilletons qui parsèment nos étagères de gens sérieux ne furent guère traités différemment en leur temps, et peut-être le sujet s’avèrera-t-il, après tout, digne de quelque gravitas.

Ce qui m’importe ici d’abord, c’est l’écriture qui va avec le tweet: brisée, fragmentaire, immédiate, mais aussi longue à la fois dans l’accumulation des tweets et dans leur inéluctable archivage par les robots qui moissonnent le web. Que peut-on dire, que s’agit-il d’écrire dans une bouteille à la mer perpétuelle qui vit d’être non seulement ouverte et lue, mais relancée et dupliquée? Twitter n’est-il pas l’expérience ultime d’une écriture qui repousse encore plus loin les limites de l’intime? Ou n’est-ce là, comme dans l’épistolaire en son temps, que du chiqué, du construit, de la poudre d’authenticité?


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search