Avatars

Je suis Charlie

Je suis Charlie par @joachimroncin

Après avoir bataillé avec ma conscience pour ne pas tweeter pendant plusieurs semaines, et avoir été libérée de cette contrainte délétère à la mi-décembre, je songeais à changer l’image qui figure dans ma petite icône twitter. Jusqu’ici, je me cachais derrière un portrait de l’écrivain Helmina von Chézy, sur laquelle travaille l’une de mes doctorantes. Avant d’avoir pu choisir une nouvelle image ou me tirer un portrait ad hoc, je suis passée dans la journée du 7 janvier spontanément à la phrase « Je suis Charlie » sur fond noir, stylisée par Joachim Roncin. Dès le 8 s’est posée à moi la question: Combien de temps donc peut-on « être Charlie »?

On peut gérer ses avatars différemment, et on peut le faire plus ou moins délibérément. On peut aussi attacher plus ou moins d’importance à la chose. L’avatar fait partie de ces élements médiaux que twitter permet d’utiliser a minima ou de s’approprier a maxima. L’effet produit par une timeline hantée de « Je suis Charlie » en lieu et place de la multitude de jeux de couleur qui s’y trouve habituellement est impressionnant, fort. Twitter sait porter le deuil. Mais combien de temps faudra-t-il à chacun de ces « Charlie » pour revenir à leur moi d’origine? Une durée de deuil socialement acceptable va-t-elle s’établir? Le basculement vers les icônes non-Charlie va-t-il se produire par vagues? Qu’allons-nous pouvoir faire dire à ces changements d’image?

En voyant la visualisation réalisée par Martin Grandjean sur l’usage du hashtag #JesuisCharlie (consultable ici), je me suis demandé comment prendre en compte, dans ce genre de statistiques, l’usage de cette phrase fatidique devenue une image, et donc abstraite du monde du texte – ou peut-être fondue entre les deux mondes de l’image et du texte.  En pratique, j’utilise l’avatar « Je suis Charlie » en lieu et place du hashtag. On a déjà assez peu de place dans un tweet: répéter deux fois la même chose (dans l’avatar et dans un hashtag) est trop peu économique, et aussi, disons-le, lourdingue, dans un moment où twitter, par sa brièveté, permet justement d’échapper en partie au pathos grandiloquent (petit hommage en passant à ma timeline, qui a su être digne et même, parfois drôle, durant ces trois jours difficiles – ca m’a vraiment aidée).

Twitter permet d’intégrer le texte dans l’image et l’image dans le texte, et de cette manière, l’écriture s’intègre au monde et le reflète dans l’instant. Pour passer à autre chose, à l’instant suivant – qui ne soit ni un carré rouge, ni un carré blanc, ni un carré noir – quel avatar nous faudra-t-il, et quelle place lui ferons-nous?


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search