Dessine-moi un mouton? 140 caractères pour une fiction

Alors que je cherchais tout autre chose (on ne me fera pas croire que le web n’a pas quelque chose d’une bibliothèque, ne serait-ce que parce qu’on trouve difficilement ce qu’on y cherche, qu’on ne comprend jamais bien la facon dont c’est organisé, et qu’on tombe en route sur tout un tas de choses dont on ne peut soudain plus se passer), j’ai découvert le challenge twitter-fiction sur le site du guardian. 21 auteurs connus se sont prêtés au jeu, qui consistait à inventer une histoire en maximum 140 caractères.

Ils sont assez nombreux à avoir en fait saisi le moment-charnière du récit, à l’avoir condensé en 140 caractères et à avoir laissé à la sagacité du lecteur l’ellipse du début et celle de fin: des scènes de rencontre ou de crime permettant de broder facilement autour. Ils sont aussi nombreux à avoir fait référence à leur prose antérieure, stylistiquement ou au niveau des thèmes (c’est le cas par exemple pour Lodge utilisant le motif de la surdité). Guère d’abréviations, assez peu de codes propres à twitter du type hashtag: on est essentiellement dans de la prose ultra-condensée.

On trouvera ainsi quelques exemples comportant un nombre spectaculaire de points et de nouvelles phrases, parfois nominales, marquant un rythme saccadé. Que ce soit au présent ou au passé, il faut bien admettre que l’anglais se prête remarquablement à la concentration d’événements.

Défi relevé, oui, et dans des registres très différents. Mais il n’en reste pas moins difficile de faire preuve d’inventivité dans un espace d’écriture aussi petit – on n’y trouvera finalement pas tant de constellations narratives différentes que cela, comme si le medium n’était pas encore tout à fait apprivoisé, comme s’il fallait d’abord en faire le tour. Ce qui m’a le plus surpris, à bien y songer, c’est surtout le peu de recours à du langage poétique, des sauts de ligne, des aphorismes, ou de l’ironie, qui me semblent dominer l’ouverture de l’espace d’écriture sur twitter. Mais peut-être que tout cela fonctionne mieux en francais qu’en anglais – et que cela fonctionne mieux quand on n’a pas la pression de savoir qu’on écrit pour se retrouver aligné avec 20 autres sur la page web du guardian.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. ACIES dit :

    Extraordinaire ! j’adore le raisonnement dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search