Dans la peau d’une pipette

Vous avez bien lu, dans la peau d’une pipette – pas dans celle d’une pipelette. Je change de main demain – pour rester dans l’allitération – pour prendre celle d’@EnDirectDuLabo, compte twitter que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer ici. Dans la mesure où il s’agit de la dernière semaine du semestre, une semaine qui comprend lundi une réunion d’institut et mardi 3 heures de cours 700 km plus loin, je pense que je n’aurai pas le loisir d’y aller de mon bout rimé pour ma part.

Mais une autre fois peut-être… je me suis trouvé un plaisir certain à user d’une forme de versification libre / prose rythmée sur twitter ces derniers temps, j’y reviendrai la semaine suivante.

À quoi bon prendre la main d’un tel compte twitter lorsqu’on n’a pas ni paillasse ni pipette? Est-ce, une fois de plus et comme cela m’est reproché de manière récurrente, pur exhibitionnisme? Il est bien difficile de répondre à de tels reproches, qu’ils soient explicites ou sourds, sans être d’emblée sur la défensive. Le simple fait d’avoir le temps de tweeter peut être retenu contre tout scientifique raisonnable qui, pour peu qu’il ait quelque responsabilité ou quelque sens de l’honneur, n’a “pas de temps” à perdre sur twitter. Je peux argumenter, très rationnellement, de mon travail de veille pour hypotheses, ou bien de la nécessité de se tenir à jour d’un certain nombre de choses qui ne parviennent que beaucoup plus lentement aux listes de diffusion, quand elles les atteignent tout court, car les listes de diffusion commencent manifestement à battre de l’aile comme lieu de communication scientifique.

Mais pour être tout à fait honnête, il faut bien admettre que j’aime twitter comme espace de communication. J’aime les discussions qui s’enflamment d’un coup pour s’éteindre aussi vite, ou être ravivées bien plus tard de manière aléatoire. J’aime la présence d’une mémoire collective autour de mes idées. Autant j’ai pu constater que mes blogs m’ont rapprochée de gens qui m’étaient déjà proches (collègues de couloir, voire membres de mon équipe), autant twitter a matérialisé des contacts géographiquement beaucoup plus lointains – mais souvent, dans les préoccupations de fond, très proches.

Accepter de tweeter dans la proximité, de dévoiler des choses percues comme privées, c’est, bien sûr, donner à vivre des émotions personnelles qu’il vaudrait parfois mieux, selon des critères de stratégie de carrière en particulier, garder pour soi. Mais les vraies infâmies, les profondes, celles qui déchirent, celles-là, en ce qui me concerne, n’atteignent jamais twitter. Et je ne vois pas pourquoi mentir sur mes doutes, mes méthodes, mes envies de mots, puisque je suis chercheuse. Je pourrais, bien sûr, me contenter de relayer toutes ces informations précieuses (annonces de posts de blog, de parutions, de conférences), et me draper dans une digne neutralité. Mais le chercheur qui écrit pour plus de 4 personnes, c’est autre chose que cela: c’est quelqu’un qui défend une vision – s’il le faut, en ruant dans les brancards, ce qui twitter permet, en finesse ou en lourdeur. Je me ferai un plaisir, la semaine prochaine, où j’ai exactement 3 heures de cours avant que ne commencent 8 semaines de pause intersemestrielle, de faire, sans avoir à hurler, la démonstration qu’une vie de chercheur, ce n’est pas 3 heures de travail par semaine et 4 mois de vacances par an, mais brûler 24 heures sur 24 pour la passion de la découverte et de la transmission.

Sur twitter, notamment.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search