Le lièvre

Bien que je me voie plutôt en tortue, le genre à partir tôt pour être sûr d’arriver à temps, je me retrouve régulièrement à jouer les lièvres.

Il y a lièvre et lièvre, bien évidemment, et en l’occurrence je parle du genre d’animaux dont c’est la tâche de motiver les autres à avancer. C’est ainsi que je voyais mon rôle lors de la conférence de l’association germanophone des humanités numériques (#dhd2015) lorsque j’ai proposé de coordonner la couverture et l’archivage des tweets. Le résultat en images donne ceci

Inutile de dire qu’entre le livetweet, le soutien moral aux personnes qui se sont chargées de réaliser les storifies et la modération de quelques séances, il m’est resté peu de temps de cerveau disponible pour réagir aux contributions en elles-mêmes sur le moment; je publierai un compte-rendu portant sur leur contenu sur mon blog digitalintellectuals ces jours-ci (la première partie est consultable ici).

Initialement, le livetweet me semblait surtout utile pour rendre compte du contenu des contributions dans la mesure où il y avait plusieurs sessions en parallèle. En pratique, cette fonction a été assez peu mise en oeuvre par les autres personnes qui tweetaient, au profit d’un rendu d’atmosphère et de débats plus larges. Ce dernier point tient en bonne partie au fait que la discipline des humanités numériques se cherche encore et qu’il est pratiquement impossible d’échapper aux questionnements ontologiques, a fortiori lorsque 400 humanistes numériques se rencontrent pour constater qu’ils ont des interprétations fort différentes de la contribution du numérique à leurs approches méthodologiques respectives.

Le livetweet permet également de faire participer ceux qui ne sont pas sur place et d’intégrer leurs questions à la discussion en cours. En pratique, ils sont à quelques exceptions près restés silencieux, se contentant par exemple de résumer leurs impressions (“Aujourd’hui, le fil du livetweet me parait plus morose et critique qu’hier”).

Enfin, le livetweet permet de développer une discussion subcutanée, sorte de monde parallèle à la salle à proprement parler, une duplication qui peut donner lieu à des sautes d’humeur brutales de l’atmosphère dans le monde parallèle. Bien sûr, en 140 caractères, on peut être drôle, et c’est ce genre de lièvre que j’ai tâché d’être, mais on peut aussi être sacrément cassant. Dans le livetweet, lorsque toute une communauté se groupe autour d’un hashtag, il est beaucoup plus difficile d’échapper aux trolls que lorsqu’on est de soi à soi pour relayer l’information d’autrui, comme c’était le cas par exemple lorsque je tenais le compte @EnDirectDuLabo. Lorsqu’on est le lièvre, comment échapper aux trolls?

Pas de réponse encore, mais de quoi réfléchir à l’orchestration du livetweeting pour la prochaine conférence (#dhd2016), dans un an à Leipzig.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. J’ai souvent trouvé que l’un des meilleurs choses que twitter permet aux conferences est qu’il permet l’echange de liens pour donnees, articles, codes de programme, etc, et que ceci forme un reseau de contactes sur un sujet. La difference entre la participation vive dans la conversation et la lecture a-postiriori est tres grande, et les implications ne me sont pas entierement visible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search