Un leprechaun et un chaud-froid

Je reprends le fil.

Je ne m’informe pas en détail des gens qui cessent de me suivre, mais je recois en revanche un message lorsque quelqu’un se met à me suivre. En général, quand je vois que se mettent à me suivre des gens dont je pensais qu’ils me suivaient déjà, je sens un vent de panique. Mais qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour qu’ils ne veuillent plus me lire? (je pourrais me réjouir de ce qu’ils se ravisent, mais évidemment, non) Il m’a fallu plusieurs occurrences pour comprendre que les périodes où je tweete beaucoup (par exemple en conférence) ont souvent cet effet-là: des gens cessent de me suivre pour le temps de la conférence pour ne pas polluer leur timeline; ils reviennent ensuite vers moi. Mais quand il n’y a pas une démultiplication de tweets objectivable, comment cela se fait-il? Je peux encore incriminer les ordinateurs comme le mien, dont le trackpad est si sensible qu’il m’arrive plus souvent que je ne le voudrais de cliquer sur des choses sans le vouloir – un favorite, un follow, un unfollow sans doute aussi. Et d’ailleurs: parfois je m’apercois que moi-même, j’ai cessé de suivre des gens que j’étais persuadée suivre.

Il faut donc se rendre à l’évidence: il y a un leprechaun dans twitter, qui n’en fait qu’à sa tête. Je ne lui en veux pas; pourquoi pas là plutôt qu’ailleurs, à vrai dire, on y est plutôt facétieux et ouvert aux caprices dans l’ensemble…

Ouvert aux sautes d’humeur, aux sautes d’écriture, du même coup. Alors que je viens de “changer d’auteur” (sic) dans ma recherche, passant de romantiques enflammés, en particulier dans leurs formes de communication, à un écrivain quasi contemporain jouant des distances plus que des proximités, je suis frappée de voir ce que la chaleur ou la froideur d’une écriture change à la facon de lire. Être à dessein, en tant que lecteur, maintenu à l’extérieur de l’écheveau narratologique présente l’avantage de garder la tête froide en tant que chercheur et de prendre le texte comme un objet à tourner et retourner pour l’observer sous toutes les coutures comme une pipette sur une paillasse. Toutes ces années à devoir m’arracher à l’illusion d’être la destinataire de lettres écrites en 1810: envolées! Ces destinées tragiques que je m’acharnais à vouloir comprendre de l’intérieur: peu importe!

Alors, sur twitter, est-ce que ca marche? De mon point de vue, un compte twitter trop bien léché peine à ne pas apparaître comme un simple instrument publicitaire, et non comme un lieu de communication. Le nombre réduit de caractères limite les possibilités disponibles pour enrober du non-discours dans du discours; je pense aux tweets des ministres, qui en sont à mon avis un bon exemple. Inversement, ne pas tomber dans des messages trop personnels est aussi affaire de dosage savant. Je l’ai déjà écrit ailleurs, une partie de la difficulté consiste dans le fait qu’on n’a pas le droit à l’erreur sur le web, qu’il faudrait déjà avoir fixé ses limites chaud-froid avant même d’avoir commencé à twitter, pour ne pas ternir son image de marque numérique.

Rester tiède, du coup? Je ne crois pas que ce soit la pancée. Je crois que, comme les autres espaces d’écriture (d’aujourd’hui comme d’autrefois), twitter peut laisser place aux identités multiples, supporter les absences, supporter l’enthousiasme et la déconvenue. En changeant de nom, ou pas. En changeant de langue, ou pas. Ou juste en admettant qu’on est humain et qu’on communique humainement, leprechaun ou pas.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.