Seul contre tous?

Aujourd’hui, un compte twitter, seul dans le vent, livrait un compte-rendu en direct d’une conférence sur la poubellisation des jeunes cherheurs et l’avenir de la recherche qui avait lieu à l’Université Technique de Dresde. Personne d’autre dans l’assemblée n’était sur twitter, l’ensemble des autres participants se concentrait uniquement sur la discussion dans la salle. Lucas Garske (c’est la personne qui se cache – sans trop se cacher – derrière @PaintItScience) a rendu compte durant toute la journée du contenu des discussions, sans faiblir, en utilisant un hashtag inventé par et pour lui (#VdNZdW). Jusqu’à ce que la batterie expire vers la fin de la conférence.

La batterie expire.

La batterie expire.

Nous étions nombreux à le suivre; le sujet est à vif pour la grande majorité de ma timeline. Nous avons répondu, commenté de temps en temps, mais surtout, nous avons lu. Nous étions nombreux aujourd’hui, et il y en aura d’autres demain pour lire ce qu’ils ont manqué aujourd’hui (nous sommes samedi, jour de faible écoute sur twitter).

Les fils twitter issus de conférences se fraient un chemin jusqu’a nos cerveaux comme si nous y avions été, télépathiquement (et empathiquement). Ils sont sans doute l’une des raisons d’être les plus intéressantes de l’usage scientifique de twitter. S’informer en temps réel sur des débats scientifiques, pouvoir poser une question de loin: cela ne répond-il pas de manière exemplaire à un certain idéal d’échange scientifique?

Et pourtant: le livetweeting de conférences fait partie des usages sans doute les plus controversés des 140 caractères dans le monde scientifique. Les objections qui y sont apportées sont variées. Distorsion et simplification abusive des propos tenus dans la salle, de la complexité des débats (inévitable en 140 caractères, et même en accumulant les tweets en cascade). Communication d’éléments de recherche “secrets” (données, résultats) pour lesquels le tweeteur ne détient pas de droits. Détournement vers un espace virtuel d’une partie du débat, qui ne peut plus se tenir dans la salle de conférence elle-même. Surcharge cognitive lorsque le fil twitter est déroulé à côté de l’exposant sur un twitterwall, comme une sorte de Big Brother prêt à commenter une phrase avant même qu’elle ne soit finie. Insertion d’informations non pertinentes pour la compréhension scientifique des débats (ambiance de salle, perceptions personnelles). Manque de standing scientifique.

Je crois que j’ai fait le tour.

Faut-il répondre à ces critiques qu’il y a bien longtemps que certaines cultures scientifiques ont su apprivoiser et institutionnaliser cette forme de compte-rendu, devenue une autre facon de mesurer l’impact scientifique d’une conférence et la compétence médiatique de ses participants? Faut-il les ignorer et continuer à bricoler? Ou bien faut-il se confronter aux peurs qui émanent ainsi de la communication scientifique?

Ce dernier point me semble le plus intéressant, car il met à jour la facon dont le nouveau média, associé à une peur de perte de contrôle, ne s’accompagne pas d’une réappropriation dudit média, mais de son refus radical. On refuse twitter en bloc, comme si l’on allait pouvoir faire ainsi indéfiniment, comme s’il ne s’agissait que d’une mode passagère – sans accepter le fait que, même si twitter en tant que plateforme disparaît, du moins cette forme de communication, elle, ne disparaitra sans doute pas de si tôt.

La situation de Lucas Garske est originale parce qu’il était le seul à twitter. Mais il n’était pas seul contre tous, comme semble le suggérer le titre de ce billet. Il était plutôt seul face à tous, à l’interface de son lieu clos de conférence et du lieu ouvert de twitter. C’est une situation psychiquement épuisante, qui suppose une sorte de dédoublement de la personne pendant plusieur heures. On ne fait ca que si on y croit profondément, que si on a un message à porter. Or il y avait bien un message, et comme c’était un message de transparence, il n’y avait pas de dissonance entre le contenu du livetweet et son fait d’être même. C’était un livetweet heureux, épuisant mais comblant en même temps, réalisant sa raison d’être.

Il n’en va pas ainsi à toutes les conférences. Le manque d’acceptation du livetweet peut aller assez loin, jusqu’à des formats de conférences excluant explicitement le livetweet, voire même refusant tout public. Contrôle renforcé, lieux clos. Le manque de créativité face à l’appropriation du média nouveau, la crispation sur des réglementations absurdes, invitant littéralement au dévoiement et générant des espaces parallèles, nous les connaissons bien de la politique. Elle sont aussi, parfois, scientifiques.

C’était également la conclusion, par la preuve inverse, du livetweet de la conférence #dhiha6 que je co-organisais la semaine dernière. Le livetweet, vivement encouragé par les organisateurs/trices, y a surtout été un espace de restitution des contenus dans des séances ayant lieu simultanément, et non un espace où s’est développée une discussion parallèle, comme c’est le plus souvent le cas lorsque le livetweet est vraiment actif en conférence. Il y a eu très peu de commentaires sur le contenu, mais plutôt des restitutions, des compléments bibliographiques, des  approfondissements. Nous, les organisatrices, avons voulu y voir un signe de la fluidité entre l’espace réel et l’espace virtuel, et la marque d’un dialogue se construisant dans le réel. Le livetweet, lorsqu’il accompagne des formats d’échange, n’a plus à se substituer à un échange scientifique qui ne sait plus se matérialiser, comme c’est trop souvent le cas dans les conférences frontales. Il s’intègre à l’échange réel, je serais presque tentée de dire: naturellement, parce qu’il est possible de s’approprier un media au plus profond de soi.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search