Croiser et recroiser

Je me souviens comme si c’était hier, ici déjà, ici les mots, les pas se croisaient, en fils tendus, souris éperdue dans la nuit noire. Ici même, au coin de la rue. Cooptée dans le grand amphithéâtre, cooptée pour monter. Un fil tendu, deux fils qui se croisent, vers quoi? Un retour, déjà alors.

 

Alors, je sais bien pourquoi c’était ailleurs, même si c’était ici, et une autre histoire, même si c’est la même. Il fallait en être. Lire des entrefilets, minuscules, 140 caractères, leur parler en retour. Ecrire à pas de souris. Il en fallait tant et tant, de petits pas, pour se dire, se toucher. On se raconte tellement plus de choses maintenant; on élabore. 280 caractères. C’est laborieux. On accouche péniblement. On ne sait plus comment il faut s’écrire. D’autres sont là. Des gens qui n’écrivent pas, qui regardent. Venus d’ailleurs, venus en masse, ils observent. On nous regarde, parler, comme un grand cirque. Un aquarium. Qu’est-ce qui nous cache, nous retient? Plus rien? 

2015, il y a si longtemps, marchant sur mes propres pas mais avec twitter en plus, c’était être portée. Comme si ces fils qui se croisaient, là-haut contre la nuit, ces histoires qui s’imbriquaient en 140 caractères retenaient mon histoire, et empêchaient toute chute. Comme si les liens ténus qui nous rattachaient nous tenaient collectivement. 

On tombe quoi qu’il arrive, et seul. On trouve, en bas, les rails, parce que c’est comme ça les trams, il y a les lignes électriques qui se croisent en haut et les rails en bas, et une fois dans les rails, ça file droit, que ça tourne à droite, que ça tourne à gauche, ça file droit. Alors voilà, filons droit. C’est bien commode, en plus.

Mais le petit oiseau bleu, lui, où il file, je ne sais pas. A qui je parle, de quoi je parle et qui je suis dans cet espace interstitiel qui se perd à lui-même. Dans deux jours, il faut changer mon profil, ma définition. Je cesse d’être la parole que j’ai, deux ans, été. Une parole qui s’atténue au fil du temps, là-bas comme ici. Comme si l’air diminuait. 

Trouver un autre souffle, oui mais comment. Et puis 280 caractères. Osef, wesh, mais ça ne suffira pas, tkt. Il va falloir inventer autre chose. Croiser, et recroiser, revenir sur ses pas, encore, et encore, jusqu’à trouver. 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search