Mon état de l’art sur twitter comme forme brève

Lors d’une audition, j’ai été invitée à faire un extrait de cours sur un sujet en partie prédéfini (« Introduction aux études littéraires numériques ») et ai à cet effet préparé une sorte de noyau de cours sur « Twitter comme forme littéraire ». Les exemples sont essentiellement en allemand du fait du contexte d’origine, mais je tenais à reprendre ici les grandes idées, qui sont celles à partir desquelles j’ai conçu ce carnet.

L’argument de départ est le suivant : avec ses 140 caractères, twitter a une certaine similitude avec le vers. Par exemple, @EnDirectDuLabo a twitté récemment l’annonce du Prix Nobel de Chimie en alexandrins avec succès (et plaisir), en plaçant deux alexandrins dans un tweet:

par @EnDirectDuLabo

par @EnDirectDuLabo

Plus généralement, on peut assimiler ce type d’écriture à une « forme brève » multimédiale (intégrant des images, des vidéos) et disposant d’une temporalité propre (immédiateté de la diffusion d’un côté, longue durée de l’archivage de l’autre, même si ce dernier point est en réalité un peu plus complexe).

Les trois formes brèves les plus courantes (l’aphorisme, l’épigramme, le haiku) suivent leurs propres règles, qui peuvent être cependant adaptées à l’esthétique du tweet. Par exemple cet aphorisme de Kafka :

Alle menschlichen Fehler sind Ungeduld, ein vorzeitiges Abbrechen des Methodischen, ein scheinbares Einpfählen der scheinbaren Sache.

[manuscrit inédit consultable sur: http://www.kafka.org/index.php?aphorismen]

Cet épigramme (distique élégiaque publié par Goethe et Schiller dans leurs Xenien):

56. Analytiker.
Ist denn die Wahrheit ein Zwiebel, von dem man die Häute nur abschält?
Was ihr hinein nicht gelegt, ziehet ihr nimmer heraus.

Ou bien encore ce haiku de Rilke (on peut être tatillon et argumenter que ce n’est pas un « vrai » haiku, certes):

Kleine Motten taumeln schaudernd quer aus dem Buchs;
Sie sterben heute Abend und werden nie wissen,
dass es nicht Frühling war.

Ces trois textes font d’excellents tweets, chacun à la manière du genre dans lequel ils s’inscrivent: caractère de vérité générale de l’aphorisme, ironie de l’épigramme, généralisation tirée d’un rapport organique à la nature dans le haiku. La dimension de vérité générale est présente dans les trois cas de figures.

Au-delà du vers et de ces trois formes, les tweets sont par ailleurs en mesure de s’emparer de genres tels que le drame, le dictionnaire, voire une simple liste rendue poétique par la condensation même dans laquelle elle est ainsi présentée, en 140 caractères:

"Das Kürzeste Konradin-Drama aller Zeiten"

“Das Kürzeste Konradin-Drama aller Zeiten”

Weiteres Drama

Weiteres Drama

Le genre se prête également aux jeux de mots:

Achsamkeit

Achsamkeit

On peut également faire entrer dans cette catégorie les détournements intertextuels/intermédiaux collectifs, comme par exemple celui qui consiste à insérer “Blog” dans le titre d’un film connu, ou bien la tentative de comparer les styles footbalistiques à des styles littéraires lors de la coupe du monde 2014:

Le jeu goethéen de Manuel Neuer

Le jeu goethéen de Manuel Neuer

À l’opposé des aphorismes et autres généralisation, il y a un genre littéraire qui adhère particulièrement bien au format du tweet, notamment du fait de son caractère personnel, c’est ce qu’on appelle en allemand « Erlebnislyrik », poésie du vécu, comme dans les exemples suivants:

Poésie du vécu

La pluie pluie

Lindenduft

Lindenduft

Gnocchi à la cantine: poésie du vécu

Gnocchi à la cantine: poésie du vécu

L’auteur de tweets aurait ainsi la possibilité de composer une œuvre sous la forme d’une suite de tweets, ce qui ressemblerait à ceci en consultant le profil du twitteur concerné:

Twoeuvre

Twoeuvre?

Un échange avait eu lieu à propos du nom à donner à une telle somme de tweets. « Twerk » un temps envisagé a dû céder la place à un autre usage (particulièrement peu glorieux). Quid d’une « twoeuvre » de « twittérature » ?


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.