Ici et maintenant

Au début, il y avait la veille, et il y avait la lueur, cette petite étincelle de bonheur. Puis la veille était restée; la lueur, envolée. Depuis un moment, pour dire vrai. Avec la lueur, l’envie aussi était partie. La ferveur en berne, en 280 caractères. 

Restait donc la veille, ce twitter des informations qui déboulent; et les vieux de la veille. Les vieilles, en fait. Les vieilles, et la veille: bonsoir, les amies! 

La veille, je l’ai aimée, et puis moins. Ca communique, ça informe, on a un temps d’avance. On se sent savoir, ça regonfle de certitudes. On est à la pointe. De l’iceberg en train de fondre, essentiellement.

A avoir un temps d’avance, on n’est plus dans aucun temps. J’y croyais de moins en moins, même à la veille. Ca s’est vu. Les jeunes, je me trouvais à leur parler d’outillage. La veille, c’est l’outil, disais-je. Ca rassure un temps. Retour à l’âge de pierre en fait de pensée. On frotte les silex, il ne sort pas grand chose.

Puis sont venues ces semaines d’hiver à voir le virus se rapprocher. Pétrifiée, fascinée, par cette grande vague, d’un côté, à laquelle la veille, parlons-en, déroulait le tapis rouge à mesure qu’elle s’approchait, avec son temps d’avance, le revoilà. Et de l’autre, rien, le vide. Au mieux, le me-dis-pas-que-tu-paniques. Puis la mise à l’arrêt où nous voilà. 

Pourtant j’y ai cherché la chaleur, autrefois. Les étincelles prenaient. On tissait des toiles, on s’envoyait des balles, on suivait des idées, qui vivaient leur vie, longue, et liante.

Longtemps, ça a été un filet qui m’empêchait de tomber. Mais qu’en reste-t-il seulement?

Je l’ai senti céder pendant ces semaines de fascination morbide pour l’inéluctable qui s’avance. Ce qui en reste, là, laisse étonnamment seule face aux peurs des autres, une fois qu’elles ont pris toute cette place. Ici et maintenant, comment être avec vous tout en ne me perdant pas de vue? On s’y noie.

Il a fallu réapprendre à veiller autrement. Disons plutôt: il faut. Des années d’habitudes à défaire; oublier le temps d’avance, qui déchire, et attendre. Se dire que, peut-être, ce n’est pas de savoir en avance qui aidait à penser, que c’était autre chose, et qu’on ne l’a pas perdu, que la lueur est encore là, quelque part, prête à resurgir. Ici et maintenant. Ou plus tard, ailleurs. Quand il y aura un ailleurs, plus tard.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search