Le sable et la glycine

On s’éclipse furtivement, enfin on peut du moins, tous les jours un peu, pas trop loin:

Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.

L’échappée belle! Trop longue pour un tweet, et donc mal ficelée, par définition, mais promesse d’aventure, à mille pas de chez soi.

D’abord il faut sortir sentir la glycine. Pendante, en grosses grappes, comme une invitation à frapper à la porte des heureux propriétaires pour les féliciter de ce beau bébé (mais pschttt interdit, ouste là!). Dans la rue des deux frères, dans la rue des champs-élysées (qui est toute petite et quelconque, on n’est pas au paradis), dans la rue richedoué: des cornes d’abondance sucrées qui remplissent l’air généreusement. Remonter la rue des deux frères, c’est remonter en enfance. Toute la légèreté, la tendresse des jours qui s’allongent, et des promesses d’été.

C’était il y a 3, 4 jours que j’ai croisé la glycine pour la première fois de l’année. Et puis il y a eu deux jours de vent, sans sortir, à regarder les fleurs des cerisiers voisins s’envoler comme une neige de printemps, déposée en flocons éternels sur le gazon frais du jardin. 

Le vent, le vent, je ne sais pas d’où il venait, mais je dirais bien la mer. Le seuil à peine franchi ce soir pour renifler ici et là, nez-à-nez avec ces voitures enracinées, cinq places de parking pour une voiture, ou quasi, je les aurais dites revenues d’une virée à la mer, ou quasi. Le sable les recouvre, sur les pare-brises, les toits, les plaques d’immatriculation. Echappées elles aussi, mais vite revenues alors; confinées entre leurs trois rayures blanches rectangulaires, mais couvertes de sable comme des enfants qui gardent leur pelure de sel pour le plaisir de se rappeler l’après-midi de baignade. 

Le sable, et la glycine: l’échappée belle! Elle aurait tenu en 280 caractères, sans doute. Mais ça l’aurait ficelée, mal, ou bien, mais ficelée, alors non.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search