On ne se fâche pas, on

On ne se fâche pas, on ne s’énerve pas. Presque.

C’est du gros bouillon, dans la cocotte minute. N’a pas le confinement léger qui veut. Et même à vouloir, on peut peu. Sans tambour ni trompettes, juste les casseroles de 20 heures, un sifflet, un klaxon, pour accompagner les cloches à la volée. Et puis les banderoles aux fenêtres ici et là, qui disent: Merci. Du fric. Cassez pas tout. 

Il n’y a plus de lieu pour crier sa colère, la rue s’est envolée, et personne pour entendre, sauf à poster son selfie casserole à 20 heures. En direct de la fenêtre où l’on se fâche! Fenêtre multitâche: à 21 heures, c’est là qu’on sirote son kir, les voisins en guest stars avec leur verre et leur paquet de chips, sur le trottoir. 

On ne crie pas dans la rue, et les banderoles sont aux fenêtres, mais il ne faut pas s’y tromper, on s’énerve là où ça se passe: sur les ondes, la tempête. 

Ca s’assume plus ou moins bien, ces tempêtes – à ne comprendre qu’à demi qui sont celleux qui sont là à suivre, à lire, à rager de conserve.

Mais ce n’est pas que de vieillir qui rend rageux, non. Et ce n’est pas que de vieillir qui rend politique – peut-être. Il y a  aussi ce que nous disent les autres, là, à distance interposée, qui fait sortir des gonds en sautant à pieds joints dans des guillemets de rage.

Alors je m’énerve parce que tu t’énerves parce qu’on s’énerve parce que, et on aimerait bien ne pas dans le fond, mais c’est plus fort que soi. La rage échappe, mais voulait-on vraiment être sage?

Pardon, pardon, mais voyez-vous c’est qu’on ne se parle plus en face. Ou qu’on ne parle pas de la même chose. Qu’on se juge. Qu’on ne s’aime plus, oh non, on ne s’aime plus les uns les autres, et surtout pas les autres. La lutte des classes, version troll.

Jusqu’à ce que – classe contre classe.

Jetés tous ensemble dans le grand sac des colères, on est à nouveau entre soi. On s’aime comme on s’énerve. Plus besoin de s’excuser. Rendez-vous au bas du toboggan rouge, on a les casseroles et les chips. Et un masque cousu par mamie.

 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search