Miaou

Ce n’est pas qu’on s’ennuie, c’est juste que le temps s’étire, comme une pâte à pizza qu’on aurait faite soi-même parce que, tiens, justement, on a le temps. Ou alors on n’a le temps de rien et quand on s’y met on a à peine le temps de s’y mettre qu’il est déjà reparti. 

C’est à la fois lent et rapide, un ralenti en accéléré. On prend le temps de s’étirer avant de se lever, de se scruter au quotidien (les rides arrivent plus vite, ou bien?), de regarder l’herbe pousser; on en replante au besoin comme ça on voit mieux la pousse fraîche. Ou alors ce sont les rides qu’on plante et qui poussent en touffes douteuses?

On fait la vaisselle, on range la vaisselle, on salit la vaisselle, on fait la vaisselle. Entre les deux, la pizza, quand même.

Le présent s’est installé dans la répétition. Chaque jour se suffit à lui et à sa peine, sans savoir pour demain. On s’étire dans son lit au soleil du matin, la routine. On ferme le volet le soir, demain sera un autre jour – ou le même.

Mais alors, et hier? On a bien eu une histoire, avant. Et quelqu’un quelque part aimait cette histoire ancienne, voulait se rappeler et rêver, sans doute, ou alors donner à manger aux robots à images qui se nourrissent de nous. Peu importe la raison, nous voilà nez à tweet avec #MeAt20, les plus foxy devant, mi-a-ou. 

A nous les noirs et blancs seyants, les couleurs passées, les flous avantageux, les cheveux fous. Est-ce pour oublier les rides et le gras qui se dépose jour après jour de confinement sur la bedaine, pas la peine de faire semblant, on le voit (pas merci, la pizza)? Ou au contraire ce serait-il par hasard le pire des moments imaginables pour exhumer la fraîcheur d’une jeunesse à laquelle tout était encore promis, ou presque  (tout ça pour ça…)?

Enfin j’étais sceptique, j’avoue. J’assume pas. Mais rien qu’une TL bien faite ne permette de rattraper, sur la corde:

Il y a ça, et puis il y a aussi que j’avais vingt ans et que je ne laisserai personne…

Mais j’ai aussi eu 18 ans, heureusement – techniquement c’était même 17.

Ce n’est pas un sourire magique sur la plage avec la robe qui flotte au vent d’un soir d’été, ça non. Mais c’était un avant qui a existé, et partagé. Le chat de Schrödinger peut rester dans sa boîte, demain sera un autre jour.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search