Ringardisation immédiate

Un entrefilet de la Zeit de la semaine dernière (évidemment introuvable en ligne) réduit à néant mes efforts de systématisation de la semaine dernière, ringardisant sur place mon billet.

L’article concerné fait à peine une colonne cachée dans les pages Feuilleton, s’intitule « #Twitteratur auf der Buchmesse », et il y est question de la place de twitter à la foire du livre de Francfort (j’aimerais qu’on m’explique pourquoi il est nécessaire d’ajouter un hashtag devant le mot twittérature, entre parenthèses).

Il y est dit que le potentiel littéraire de twitter est chose connue depuis un certain temps, que la limitation à 140 caractères a déjà fait ses preuves, au point que l’aphorisme aurait trouvé dans twitter son « médium idéal ». Mais il y est dit aussi que non, ce n’est pas la brièveté qui fait la beauté du tweet (j’ai retrouvé ma petite liste haiku-épigramme-aphorisme invoquée pour démontrer qu’il n’a pas fallu attendre le tweet pour faire court et bien). Selon Maja Beckers, l’auteur de l’article, ce qui fait la différence, ce n’est donc pas la brièveté, mais la médialité propre au net : communication en temps réel, liens, écriture collaborative, images, vidéos, usage des @ et des # (il faudra que je consacre un billet aux hahstags, décidément), retweets, récits non linéaires, et enfin performance via la mise en contact avec un ensemble de personnes réelles ou non. La beauté de twitter, c’est de pouvoir percevoir tout cela – en tant que lecture/usager.

Deux détails me semblent mérité d’être précisés. Réduire la brièveté à un gadget dépassé pour analyser twitter est un peu court (j’ose). Il existe d’autres types d’écriture en ligne qui peuvent également jouer des liens, images, vidéos, interactions, collaborations, temps réel – ne serait-ce que le blog. Sur twitter, ces possibilités sont limitées, de même que le nombre de caractères, ce qui suppose de mettre en œuvre des mécanismes de sélection différents. C’est le principe même de son fonctionnement. Par ailleurs, dire que la relation au lectorat vivant la performance de la lecture adressée (et adressée à des « cercles », les uns familiers, les autres inconnus) est complètement nouvelle, c’est ignorer des siècles de tradition épistolaire. En revanche, être soi-même potentiellement part de ce dialogue, et donc à la fois en position de réception et de création, c’est très certainement l’une des plus importantes spécificités de twitter. Et devoir apprendre à s’en passer, toute une histoire…


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.