Jour 1/7

Le jour 1 il faut faire les choses bien. Pas tout mettre sens dessus dessous d’emblée, ou bien?

Règle 1, lire les règles. On les a déjà vu passer, mais cette fois il ne faut rien laisser au hasard. Pas d’explications, pas d’humains. Une photo par jour, jour après jour, pendant sept jours – réfraction de la vie qui passe, telle qu’elle est. C’est simple, efficace, économique, beau comme l’Antique des 140 caractères.  

Courtoisie oblige, on dit aussi de qui on est l’obligée, et qui l’on sollicite. Sept jours dire: voilà d’où cela vient; sept jours dire: voilà vers où cela va. D’un point vers l’autre, mais d’un même point, vers une myriade. Les espaces de vie s’étendent, se croisent, se font écho.

Courtoisie oblige, on répond, on pousse la porte, au risque de se retrouver coincée au portillon – il y a du monde à la sortie:

Le Jour 1 répond au Jour 1, puis attend son jour 2, et bêtement se perd. Ratée, la marche de la règle non dite, l’élégance de tenir en mains les rênes du discours qui se suit et se tient. Plus maline qui se répond à soi-même, elle n’a plus qu’à suivre le chemin. En Jour 1, j’ai trouvé mon maître:

Mais reprenons. Une photo, pas d’explications. Il fallait faire rêver, je croyais, et laisser filer. Ecouter l’absence de réponse, l’absence de question, l’absence de réaction: tout ce qu’il n’y a jamais, tout ce qui n’est pas, habituellement, twitter. Ne pas creuser les pensées, les émotions, les mots du fond du coeur, mais laisser, seule, la surface lisse des images, parler.

Seule la photo, parce que c’est la règle, et je n’écris pas: j’étais chez mon amie ramasser le courrier, parce qu’il tombe de la boîte aux lettres sinon, et qu’elle est en Normandie, parce qu’il y a la mer et le jardin là-bas, et ce vert quasi olive des murs de sa cuisine, je n’y aurais jamais cru si je l’avais vu en échantillon, en pot ou en RAL, mais aux murs, c’est enchanteur.

Mais je ne dirai rien! Rien de rien, pour toutes les fleurs du monde. L’histoire du Jour 1 s’arrête là.

Ou bien ne fallait-il pas répondre si vite? Il y a, peut-être, encore une étiquette cachée, qui prescrit d’attendre, parce que mon Jour 1 ne peut pas être aussi ton Jour 1, en cascade, mais que chacun a son tour: ton jour 1, mon jour 1, son jour 1…

Les intérieurs, les extérieurs, les portes à pousser: les lieux de traverse qui se croisent. Fin du Jour 1.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search