Jour 2/7

En retard! On est en retard! Le temps passe, les tweets s’effacent  dans leur habituelle autodestruction aléatoire, et la semaine des Photos De Ma Vie s’effiloche du souvenir en n’y prenant garde. J’oublie le jour, j’oublie l’heure. Et pourtant! Le jour compte (le Jour 3 surtout, mais nous n’y sommes pas encore), et l’heure compte aussi, l’heure de cette vie en photos, une photo par jour, sept jours durant, sans humains, sans explications.

Dès le lever, la pression au café. Action!

Le Jour 2 commence donc au café (est-ce le premier?); le lait, en surface, raconte une histoire, à vrai dire on dirait qu’il essaye de continuer celle que raconte le bol, et puis il se perd en nuages, – ce que c’est que d’être la promesse d’un jour, de renfermer toute la tiédeur de ce qui peut advenir avant de se faire rattraper par la vie. 

Nous y voilà, à 8:02 il est temps de me demander quand est mon tour. Tôt, ou tard? Tôt ou tard…

L’heure du petit déjeuner, l’heure du déjeuner.

Dans notre vie confinée, ne reste-t-il que les repas pour nous dire où nous en sommes, nous qui savons tellement bien où nous sommes? 

Dans les lettres d’autrefois, on s’assurait de ce que l’on était encore vivant. Cher, très cher ami, pardon de mon silence, mais sachez que je suis vivant, même si ma goutte me fait souffrir et m’a retardé dans la rédaction de cette lettre. Cher, très cher ami, pardon d’avoir dormi cette nuit, mais voici ce tweet qui vous dit: je romps le jeune pour vous dire que je suis vivant, au fil de ma vie…

Mais pas plus que les bouquets épais, les cafés, les pains chauds, n’entoureront de leur odeur celleux qui vous lisent. Peu importe le flacon!

L’intention seule demeure, et l’attention. 

Au Jour 2, on balbutie des bouts de sa vie, sans trop savoir, pour donner signe.

Au Jour 2, j’ai été au jardin. L’akébia et la passiflore se donnaient presque la main. Ce n’était pas tout à fait un signe de vie, mais j’ai cru que c’était assez pour un passage de relais, de l’invitante à l’invitée, lieu de traverse à même le mur au soleil.

Finalement, non sequitur. Mauvais cheval, j’aurais mieux fait de parier sur la tasse de café.

Fin du Jour 2.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search