Le jour 3

Rappelez-vous, c’était en mai. On égrenait les jours comme autant de pétales de marguerite, on se racontait en sept jours. Les jours se comptaient. Se contaient en photo.

Au jour 3, on a sorti les bougies. 

Rappelez-vous, je retraçais ici pas après pas dans l’espoir de garder l’instant pour ce qu’il était. Premier pas, deuxième pas: jour 1, jour 2.

Après, il y a eu la fatigue. Puis les semaines se sont étirées dans un éther où chaque pas coûtait une vie; comme éteinte; les mots s’échappaient.

Le 3.7., pensé-je. Le 3.7., rattraper ce 3ème jour sur 7. Ce serait du retard, mais on serait revenu là où on était resté. En un sens.

Et puis même pas là cela n’a été possible. D’autres jours se sont ajoutés aux jours, aux nuits, et les mots manquaient toujours. 

Finalement je suis partie chercher la grande baleine blanche, un peu au hasard. Sur un coin de table de cuisine, on m’a posé l’idée là. 

Le périple a été long. Le temps se comptait en pages.

Puis la chasse a commencé, la poursuite dans les mers du Pacifique. Jour 1, jour 2, jour 3 de l’affrontement avec la baleine. Les harpons sont affutés au sang. Périr ou rester pour dire, voilà la question. Dériver dans un cercueil reconverti en bouée, pour pouvoir raconter.

Au jour 3, on peut encore sortir vivant des tourbillons d’écume blanche, et faire croire qu’on parle de choses qui existent, qui n’existent pas, qui se comptent sur les doigts de la main, qui se partagent.

 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search