Le silence

Voici maintenant près d’un mois que dure mon abstinence. Les effets de mon absence de tweets m’étonnent un peu. Je ne lis pas moins twitter, je n’ai pas significativement perdu de followers. Je favorise des tweets bien plus que je ne le faisais avant, et j’envoie aussi plus de messages directs. Sortes de petits signaux dans la brume: je suis encore là, invisible.

Je suis devenue plus sensible aux moments de vie de ma timeline. Je me demande où sont ceux qui écrivent. Parfois c’est sur le coin de la table de la cuisine, parfois en arrivant au bureau, parfois dans le train: ils me le disent. Ne pouvant renvoyer mon coin de table de cuisine, mon bureau ou mon train en réponse, je scrute en profondeur ces lieux évoqués en si peu de caractères. Il y en a que je connais – le métro berlinois, le bureau de Mareike rue du Parc-Royal, le Chicago de la conférence TEI -, d’autres dont j’ignore tout, et je vis dans cet univers de visages familiers ou inconnus, de lieux quotidiens ou rêvés. Un peu comme si, en les intégrant à ma vie, ils pouvaient oublier que je ne suis plus dans la leur, me replacer dans ces espaces, dans ces moments partagés.

J’écoute quand ils me parlent, mais aussi quand ils se taisent, comme si leur silence, de même que le mien, devait parler. Les caractères non utilisés m’intriguent, ces tweets si courts qu’ils ne prennent pas toute la place disponible – pourquoi ne pas utiliser les 140 caractères, alors qu’ils sont déjà si peu? Je me prends à vouloir tweeter moi-même des choses qui ne se rangent pas dans une timeline, qui ne s’alignent pas avec les autres tweets: des lignes sautées, des blancs, des indentations, 140, pour faire hurler le silence.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 28/11/2014

    […] there are the digital ways of making yourself heard: twitter and blogs for instance.When I don't blog, I suffer from my own digital silence, from not being able […]

  2. 22/07/2015

    […] sur la mémoire de la Nuit de cristal nous enveloppe de sa légèreté douloureuse, un texte sur le silence des caractères non utilisés des tweets m’ouvre une perspective de réflexion et la carnetière tweete Rilke comme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search