Tweeting is real writing

Depuis une semaine environ, ma timeline germanophone se délecte de la nouvelle d’un cours proposé à Philadelphia (Université de Pennsylvanie) dont le thème est particulièrement alléchant: « Perdre son temps sur internet ».

Ce cours est proposé par Kenneth Goldsmith, selon qui « Tweeting is real writing » (ce n’est pas moi qui vais le contredire). Cet article du Spiegel online explique le concept pédagogique développé par l’enseignant, que je trouve très convaincant. D’une part, contraindre à faire ce que l’on fait d’habitude par oisiveté permet de renverser l’ordre mental des obligations: zone-t-on vraiment encore sur internet quand on est forcé de zoner 3 heures d’affilée? Ou commence-t-on à chercher quelque chose? D’autre part, présenter internet comme un vaste poème, c’est imposer une grille de lecture qui mérite bien de faire ses preuves.

Pour moi qui n’ai jamais le temps de glandouiller sur internet, la dimension de néant intérieur qui vous atteint quand vous cliquez aléatoirement d’un lien à l’autre pendant un temps indéfini m’apparaît comme une sorte d’état second, proche peut-être de la méditation ou de la transe. Mais peut-être vaut-il tout de même mieux rêver de ces contrées inexplorées que de s’y embourber…


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search