La fatigue

Ca a d’abord été une grande vague de lassitude, dès potron-minet.

Fatigant, ça l’est, de devoir toujours, et encore, dire, et redire. Ca pique, même fleuri:

Mais après la lassitude, dit-elle (je crois), vient le temps du dégoût, et de la colère:

Oui, bien sûr, ça l’est. Mais faut-il en rire ou en pleurer?

Ce rire-là est jaune et ne tient qu’un temps…

Que faire, voilà la question. Que répondre au mépris, c’est une chose qui se règlera en comité éditorial, mais surtout, que répondre à cette vague de réponses, cet écho démultiplié, la vague de fatigue qui se transforme en vague de colère et qui veut changer le monde. 

Au fil de la journée, le combat s’engage et les lances s’entrechoquent dans mes mentions. Les arguments se brisent. Je vois de belles âmes aller se fracasser contre un mur d’incompréhension, au compte-goutte,  les jugements tombent comme autant de couperets. Les idées s’éloignent, se rapprochent, repartent. Me voilà comme pétrifiée par ce qui n’était pourtant qu’un petit caillou dans ma chaussure, et qui vous a envahies de fatigue, de dégoût, de colère, pour me rappeler, nous rappeler, que pas un mot n’est anodin.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search