Le tweet comme courte-échelle

Rilke, donc. J’édite 7 lettres de Rilke avec un petit groupe d’étudiants en littérature; nous sommes allés en archives hier renifler les originaux, les étaler, les mesurer, nous interroger sur les couleurs du papier, le motif du sceau, les chiffres sur les enveloppes. Les étudiants hypnotisés par l’effet code secret (cette facon de ne pas vouloir se détacher de la feuille de papier tant qu’elle n’a pas livré tous ses secrets, alors qu’on en est à déchiffer un mot sur quatre), il n’a pas vraiment été possible de s’intéresser au contenu en détail. Mais les scans sont commandés, nous avons pu quitter les archives en laissant 4 transcriptions sur 6 inachevées.

Elles ne sont pas bien passionnantes, ces lettres. Mais elles contiennent des bribes de magie poétique, au format d’un tweet, perdues au milieu de considérations prosaiques de voyages, transports, passeports, etc. L’idée que les fulgurances poétiques s’intercalent “comme un tweet perdu dans un long texte” m’est apparue à la relecture des Cahiers de Malte, qui sont eux bien plus denses poétiquement, à la fois en qualité et en quantité.

À partir de cette réflexion sur la poésie “comme un tweet perdu dans un texte long”, j’ai commencé à élaborer une piste de recherche que je creuse avec les collègues linguistes autour de l’une des deux questions après lesquelle je cours: la première est celle de la circulation des idées (bonne chance pour les attraper!), la deuxième est celle de la genèse des textes littéraires et de ce que l’on peut en dire à partir des correspondances de leurs auteurs (au sens large, les éditeurs par exemple contribuent parfois considérablement à la genèse d’un texte autorisé).

L’idée de cette recherche est de prendre les poèmes rédigés par Rilke sur une période très précise (en l’occurrence, ce seront les 6 mois couverts par les lettres que j’édite dans mon cours) et d’établir des relations linguistiques avec les lettres écrites à la même période. Dans quelle mesure Rilke teste-t-il des éléments poétiques dans ses lettres qu’il réutilise dans ses poèmes? J’ai commencé une liste d’éléments à observer (combinaisons de mots, champ lexical de la couleur, des sens, usage et position de “und”, éventuellement aussi le repérage d’éléments métriques cachés dans la prose des lettres). Je suppose qu’il y a des destinataires à qui sont adressées de ces jeux et tentative poétiques plus qu’à d’autres. Il se peut aussi qu’on observe un temps de latence: ce ne sont pas les lettres du mois précédent, mais plutôt les lettres remontant à 3 mois avant, qui se retrouvent dans les poèmes – je ne sais pas du tout ce qu’il en est pour le moment, mais cela fait partie des choses qu’on pourrait trouver.

Voilà, nous allons donc préparer les données, du texte, du texte, et encore du texte, et je vais affiner ma grille de lecture.

Tout ca pour un tweet dans une lettre.

 


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search