Il y a un an, @9Nov38

Si j’étais fan de Justin Bieber, d’un club de foot ou même simplement du Tatort dominical je ne m’étonnerais plus de la fièvre qui semble par moment s’emparer de ma timeline, l’effervescence, si ce n’est perpétuelle, du moins récurrente, des retrouvailles en une communion magique (quoique parfois gâchée par les différences de célérité des streamings respectifs) permettant de savourer in absentia la coprésence de l’événement, quelle que soit sa nature.

Pour ma part, je ne m’échauffe avec ma timeline en général que très localement – en réponse à un événement, une publication ou si une conférence est bien relayée. Alors, oui, c’est comme si on y était même quand on n’y est pas.

Il y a un an, le projet @9Nov38 m’a fait découvrir cet aspect de twitter sous un autre angle. Des étudiants en histoire ont, sur ce compte twitter, narré au fil du 9 novembre les événements de la journée tels qu’ils s’étaient déroulés 75 ans auparavant, avec son chapelet de destruction de magasins et de synagogues. Le succés a été énorme et les a sans doute un peu dépassés eux-mêmes – interviews pour la presse américaine, exposition médiatique, et finalement prix jeune talent de l’agence de presse nationale allemande, qui leur a été remis cette semaine.

Contrairement à la plupart des hashtags à succès, ce compte twitter ne partait pas du principe d’une interaction dialogique intense avec ses lecteurs, mais davantage du relais proposé par ceux-ci sous forme de retweets, favorites, mais aussi traduction dans d’autres langues (qui s’est avérée bien plus facile en anglais qu’en francais étant donné le nombre de caractères disponibles) ou encore envois de photos évoquant la commémoration en divers endroits d’Allemagne. Cette participation du quotidien révèle à mon sens la vraie puissance médiale de l’événement @9Nov38, qui a fait entrer l’histoire et sa mémoire dans nos vies. Lorsque nous irons allumer notre bougie rouge sur les Stolpersteine en bas de chez nous ce soir, ce sera en pensant à celles allumées l’année dernière le 9 novembre. Ce sera en pensant au vent qui soufflait les bougies que je descendais rallumer toutes les vingt minutes, et emportait les roses blanches déposées sur les plaques mémorielles polies pour l’occasion.

Cette année, la ville ne bat plus au rythme des 75 ans de la nuit de cristal – l’histoire allemande souffrant d’une sorte de condensation historique autour du 9 novembre -, mais à celui des 25 ans de la chute du mur. Un tweet domine ma timeline depuis hier, celui de l’illumination du trajet du mur avec des milliers de ballons, qui doivent être lâchés dans le ciel demain soir.


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.