88 miles in May (un album photo de voyage)

Mon téléphone me le dit: j’ai marché 88 miles en mai. Il a abandonné les kilomètres de lui-même. Il savait.

C’est surtout un chemin, le matin et le soir, qui s’est gravé dans mes pieds, mes jambes, mes yeux. Photo après photo je me suis surprise à essayer de le dire en le montrant et je l’ai montré en le vidant.

J’ai parlé des absentes et des absents, qui n’y étaient pas,

et au début, c’était un peu comme si je les avais bien attrapées, de passer alors qu’iels n’étaient pas là,

Et puis c’est devenu ce que je voulais faire: dire ce qui ne se voit pas, le montrer en l’absence des autres, là, sur la photo, mais pour les autres, là qui justement n’y sont pas et ne savent pas, ne sentent pas, le lilas et la glycine,

en insistant, pour que ce soit bien clair, à voir, comme si cela suffisait à sentir meilleur:

De Queen’s Lane, il manque là pourtant l’essentiel: le bruit des pas sur les pierres, marcher chaque fois sur le bord du trottoir pour retrouver les pierres instables, croire perdre pied à chaque fois, entendre ce bruit de flaques après la pluie quand la pierre bouge, être sûre, une fraction de seconde, de basculer dans un autre monde, et pourtant rien ne change: pas de passage secret, juste les pierres du trottoir de Queen’s Lane, comme de vieilles dents qui font mine de se déchausser.

Avant d’y arriver, je passais sur High Street. Moins intimiste à première vue, et pourtant, là encore, je l’ai montrée, comme si elle était toujours vide:

Le matin, et aussi la nuit, pour parler de faux fantômes

et rappeler de quoi il faut avoir peur, vraiment,

Le chemin du quotidien, inchangé de jour en jour, ou presque, comme s’il n’était que pour moi, qu’il fallait le partager, mais pas avec les passants, touristes, étudiantes, parents croisés matin et soir.  La répétition à l’identique comme fil d’Ariane de l’espace réel, qui finit par se confondre avec l’espace mental,

l’espace vidé d’humains qui se remplit d’autre chose, mais ai-je vraiment montré la beauté sidérale de cette solitude entourée, et donnée en cadeau, dans ces quelques photos.

Le tiers-lieu sans ses habitantes et ses habitants, comme un espace magique qui s’ouvrait jour après jour, par la répétition de la marche à travers les rues. Twitter servait sans doute à cela: graver dans le marbre ces lieux ouverts rien que pour moi, sans les autres, prothèse mnésique du souvenir idéal que je me fabrique. Qui sent la glycine, qui marche sur les bords des trottoirs, et qui choisit la chaise à roulettes grise de la bibliothèque, parce qu’elle est plus confortable. A mnesic feast for the senses –

 



Citer ce billet
Anne Baillot (2022, 9 juin). 88 miles in May (un album photo de voyage). 140 caractères. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/adhp

Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search