En être ou ne pas en être (#UniteAgainstClimateFailure)

Le prélude était en mon nom, et la distance parcourue réelle, pour rejoindre la grande ville, là où l’on n’est pas seule. 

Et pourtant, flottait encore la question: être la révolte ou ne pas l’être? Se dévoiler, être le visage de la rébellion, ou rester cachée – pour quelque chose qui n’est pas à propos d’une personne, mais de toutes les personnes: où commence l’héroïsme et où s’arrête l’égotisme?

L’angoisse de la première ligne est pire que l’angoisse de la première page. Les héros, n’ont-ils pas d’ailleurs, par définition, une cape et des bottes?

Rester derrière, c’était plus simple.

Derrière l’écran, derrière l’appareil photo, derrière le clavier: parler pour les autres, les rendre visibles en écrivant. En être, et ne pas en être, en faisant être. Cela a un nom: le livetweet.

J’ai toujours aimé les livetweets. Sentir les pulsations de l’événement, et les donner à sentir en retour: la lumière, l’atmosphère, le rythme. Sonder les visages autour pour discerner le gai du triste. Choisir les images. Ecrire peu, puis beaucoup. Dire les noms de celles et ceux qui parlent, dire leurs mots.

Pour le prélude, j’ai fait simple:

Carte postale d’un samedi à Paris en bonne compagnie, où la révolution s’est si bien fondue dans le paysage qu’on la croyait inscrite au programme. Mais la révolution, la vraie? Elle était ailleurs, et je n’y étais pas. Le retour à la maison ne m’a pas emmenée à Berlin – pas cette fois.

Acte 1: dimanche soir, à l’heure des galettes jambon-oeuf-fromage, la rébellion est arrivée. Un live qui démarre, et alors oubliées, les galettes. Commençaient quatre jours, quatre actes à la théâtralité orchestrée, à suivre de loin mais comme si on y était, avec les directs retransmis par les organisteurices.

Alors j’ai continué à écrire. Sans y être, sans sentir les pulsations, sans voir les visages, parce que l’émettrice donnait si bien à montrer (merci, Karina!). En transformant les images en mots. En imaginant les sensations: le tapis rouge dimanche, la pluie qui ruisselle mardi, le mépris mercredi. En écoutant, en allemand, en anglais.

Dimanche, acte 1; premier fil à dérouler:

Le lendemain matin, le fer était encore chaud:

Lundi on m’attendait. L’acte 2 a dû rester un pauvre non sequitur:

A partir de l’acte 3, il y avait du sang, symbolique, jeté sur les façades. Le drame pouvait encore escalader.

L’acte 4 s’est déplacé, hors des murs de la ville:

A l’heure où j’écris, il n’est pas fini:

Maintenant je sais: non, je n’y étais pas. Je ne sais pas, la pluie sur le visage à tenir la banderole sous les sommations de la police. Je ne sais pas, gluer la main au sol et y rester des heures, par 15 degrés, sans lumière. Je ne sais rien, pour dire le vrai, que les mots des choses, et comment ne pas perdre le fil.

 

 



Citer ce billet
Anne Baillot (2022, 19 octobre). En être ou ne pas en être (#UniteAgainstClimateFailure). 140 caractères. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/adhq

Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search