Veille sur moi (#whytwit et #whynottwit)

La blogosphère me semble plus encline à l’autocritique que la tweetosphère, à en juger par les réactions au ballon #whytwit lancé hier soir. Si la question “pourquoi blogger” appelle le plus souvent la question “pourquoi ne pas blogger”, la question “pourquoi tweeter” semble assez peu appeler “pourquoi ne pas tweeter”.

Le ballon #whytwit a pris un envol brusque sous les auspices de la veille. Twitter est mis en avant comme instrument de veille scientifique: on tweete pour se tenir au courant des dernières annonces, des tendances, on partage, on échange – des termes récurrents dans les réponses. Mais la veille va de pair avec l’auto-promotion: tweeter, c’est veiller sur soi-même, se positionner, se chauffer sa place au soleil, éventuellement en glandant, en procrastinant (là aussi des réponses récurrentes). Ce n’est pas comme si tout le monde se mettait en scène en twitteur sublime, donc. Mais se présenter en procrastinateur, en glandeur, en désabusé, c’est aussi se mettre en scène.

Il est difficile de ne pas sombrer dans l’auto-justification dans ce genre de circonstances, et de garder la tête froide. On répond forcément avec ferveur sur ses propres pratiques, même si cette ferveur prend des formes différentes selon les personnalités. Si j’avais pu ou voulu répondre, j’aurais sans doute été bien embêtée pour réagir et me serais contenté d’une pirouette sur des sujets orthographiques (ce i dans whytwit m’agace terriblement).

Le simple fait de réagir est une prise de position. La facon dont on le fait surenchérit par-dessus. C’est précisément avec ce genre de réactions que l’on construit son identité numérique, et c’est aussi l’un des modes communicationnels où il est beaucoup plus difficile que ce que l’on s’imagine de construire son identité numérique. La prise de distance est particulièrement compliquée quand on ne dispose que de 140 caractères et que la requête est auto-justificatrice et autotélique dans sa structure. #whynottwit aurait sans doute poussé à s’interroger sur les limites de l’emprise qu’il est possible d’avoir sur son identité numérique, sur la facon dont on se positionne, ici comme acteur d’une certaine part du monde scientifique.

À l’heure où j’écris, la dernière réponse semble avoir un peu fait dégonfler le ballon, et c’est sans doute bien comme ca:

whytwit


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search