Auteur : Anne Baillot

0

4, 5, 6, cueillir des cerises

On était bien lancé, à se croire des mois en arrière. Il y avait le jour 1, le jour 2, le jour 3.  Et puis le jour 4: Day 4/7 #PhotosOfMyLife: une photo par jour. Keine Erklärungen, keine Menschen, aber offensichtlich müsste jetzt @davidlassner ran. Danke, liebe @ClaudineMoulin, für die ursprünglicheEinladung! pic.twitter.com/bazaTMrIQW — Anne Baillot (chez moi/zu Haus/stayin home) (@AnneBaillot) May 5, 2020 Des mois en arrière, des éternités! Dont il ne reste que la mise en scène. Bureau crédible, enviable presque, de loin.  Obsolète à présent.  Parce qu’il faut bien le dire c’était insupportable de partager le bureau, voilà,...

0

Le jour 3

Rappelez-vous, c’était en mai. On égrenait les jours comme autant de pétales de marguerite, on se racontait en sept jours. Les jours se comptaient. Se contaient en photo. Au jour 3, on a sorti les bougies.  Day 3/7 #PhotosOfMyLife : une photo par jour. Keine Erklärung, keine Menschen. Eingeladen hat mich @ClaudineMoulin – unter alten Freundinnen: @Mareike2405, warst du schon oder willst du noch? pic.twitter.com/5naf6LGw7Q — Anne Baillot (chez moi/zu Haus/stayin home) (@AnneBaillot) May 4, 2020 Rappelez-vous, je retraçais ici pas après pas dans l’espoir de garder l’instant pour ce qu’il était. Premier pas, deuxième pas: jour 1, jour 2....

0

La fatigue

Ca a d’abord été une grande vague de lassitude, dès potron-minet. Quelle fatigue. https://t.co/GJc1AGgboT — Dr. Julie Tramonte (@JTram_) May 15, 2020 Quelle fatigue #Soutien — Nathalie Raoux (@RaouxNathalie) May 15, 2020 La fatigue. (Cette condescendance…) https://t.co/Yo9jyfdcuO — Brooklynbridge 🐘 (@pontdebrooklyn) May 15, 2020 grosse fatigue. https://t.co/rlThPoAZFu — Ingrid Falque (@ingfalque) May 15, 2020 Fatigue… https://t.co/K2UR4hLvES — Juliette Lancel (@Oniromanie) May 15, 2020 Fatigant, ça l’est, de devoir toujours, et encore, dire, et redire. Ca pique, même fleuri: #LeCulLesRonces 🙄 — Moineau confinée (@TiteMoineau) May 15, 2020 Mais après la lassitude, dit-elle (je crois), vient le temps du dégoût, et...

0

Jour 2/7

En retard! On est en retard! Le temps passe, les tweets s’effacent  dans leur habituelle autodestruction aléatoire, et la semaine des Photos De Ma Vie s’effiloche du souvenir en n’y prenant garde. J’oublie le jour, j’oublie l’heure. Et pourtant! Le jour compte (le Jour 3 surtout, mais nous n’y sommes pas encore), et l’heure compte aussi, l’heure de cette vie en photos, une photo par jour, sept jours durant, sans humains, sans explications. Dès le lever, la pression au café. Action! #PhotosOfMyLife Day2/7Jeden Tag ein Foto. Eine Woche lang. Keine Menschen, keine Erklärungen. Jeden Tag eine Einladung, sich zu beteiligen....

0

Jour 1/7

Le jour 1 il faut faire les choses bien. Pas tout mettre sens dessus dessous d’emblée, ou bien? #PhotosOfMyLife Day 1/7 * one picture per day for one week* no people, no explanations I was invited by @BitVeganer Today I invite @Fazer_DDorf pic.twitter.com/HyqpN7vBHz — tauchersven1 (@tauchersven11) May 11, 2020 Règle 1, lire les règles. On les a déjà vu passer, mais cette fois il ne faut rien laisser au hasard. Pas d’explications, pas d’humains. Une photo par jour, jour après jour, pendant sept jours – réfraction de la vie qui passe, telle qu’elle est. C’est simple, efficace, économique, beau comme...

0

Les lieux de traverse

Les perches se tendent différemment. On vous alpague d’un @ pour vous demander, pour vous dire, pour vous faire bondir, pour vous faire regretter d’avoir regardé, pour vous faire regarder encore plus, pour oublier ce que vous étiez en train de faire, pour perdre le fil, pour en attraper un autre, le suivre, le suivre encore. Mais qu’est-ce qu’il raconte, ça n’a aucun intérêt, allez on continue quand même… et puis à un moment on décroche, il faut bien. La tyrolienne dévalée, on se retrouve en bas à pied de grue. Rien de nouveau même en rafraîchissant, mais où en...

0

On ne se fâche pas, on

On ne se fâche pas, on ne s’énerve pas. Presque. C’est du gros bouillon, dans la cocotte minute. N’a pas le confinement léger qui veut. Et même à vouloir, on peut peu. Sans tambour ni trompettes, juste les casseroles de 20 heures, un sifflet, un klaxon, pour accompagner les cloches à la volée. Et puis les banderoles aux fenêtres ici et là, qui disent: Merci. Du fric. Cassez pas tout.  Il n’y a plus de lieu pour crier sa colère, la rue s’est envolée, et personne pour entendre, sauf à poster son selfie casserole à 20 heures. En direct de...

0

Miaou

Ce n’est pas qu’on s’ennuie, c’est juste que le temps s’étire, comme une pâte à pizza qu’on aurait faite soi-même parce que, tiens, justement, on a le temps. Ou alors on n’a le temps de rien et quand on s’y met on a à peine le temps de s’y mettre qu’il est déjà reparti.  C’est à la fois lent et rapide, un ralenti en accéléré. On prend le temps de s’étirer avant de se lever, de se scruter au quotidien (les rides arrivent plus vite, ou bien?), de regarder l’herbe pousser; on en replante au besoin comme ça on voit...

0

Le sable et la glycine

On s’éclipse furtivement, enfin on peut du moins, tous les jours un peu, pas trop loin: Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie. L’échappée belle! Trop longue pour un tweet, et donc mal ficelée, par définition, mais promesse d’aventure, à mille pas de chez soi. D’abord il...

0

La pomme et la discorde

Ca s’est passé d’un coup, de se retrouver en tête-à-tête avec la petite pomme. Elle scintillait dans la nuit tombante de la fin de printemps, éclairant le petit oiseau dans le dos pendant qu’il piapiatait: pas touche, minouche, et gare à ton voisin. Et puis c’était donc juste plus que la pomme et nous. Et le petit oiseau. Mais le petit oiseau, je vous l’ai déjà raconté, il perd le fil. Il s’embrouille, et ne s’en débrouille pas, de tout ce lointain qui fait croire qu’on est plus près les unes des autres en se collant les doigts pleins de...

0

Ici et maintenant

Au début, il y avait la veille, et il y avait la lueur, cette petite étincelle de bonheur. Puis la veille était restée; la lueur, envolée. Depuis un moment, pour dire vrai. Avec la lueur, l’envie aussi était partie. La ferveur en berne, en 280 caractères.  Restait donc la veille, ce twitter des informations qui déboulent; et les vieux de la veille. Les vieilles, en fait. Les vieilles, et la veille: bonsoir, les amies!  La veille, je l’ai aimée, et puis moins. Ca communique, ça informe, on a un temps d’avance. On se sent savoir, ça regonfle de certitudes. On...

0

Croiser et recroiser

Je me souviens comme si c’était hier, ici déjà, ici les mots, les pas se croisaient, en fils tendus, souris éperdue dans la nuit noire. Ici même, au coin de la rue. Cooptée dans le grand amphithéâtre, cooptée pour monter. Un fil tendu, deux fils qui se croisent, vers quoi? Un retour, déjà alors.   Alors, je sais bien pourquoi c’était ailleurs, même si c’était ici, et une autre histoire, même si c’est la même. Il fallait en être. Lire des entrefilets, minuscules, 140 caractères, leur parler en retour. Ecrire à pas de souris. Il en fallait tant et tant,...

0

Sous l’oeil rond des pigeons

Ayant laissé le petit oiseau bleu s’envoler quelques temps – par dépit, par peur, par hasard: je twittais moins, voilà tout -, il me retrouve comme si je n’étais jamais partie – alors que pourtant, depuis, dans un nouveau là-bas dont les rues m’échappent encore. Nouvelle ville, nouvelle vie, et twitter devenu un outil de travail primordial. Sous l’oeil rond des pigeons.

0

En cadeau, en partage

Le 10 décembre 2016, j’ai soutenu mon habilitation à diriger des recherches à l’EHESS, à Paris. Je n’ai pas fait d’annonce sur des listes de diffusion, mais ai tâché d’avertir celles et ceux qui ont accompagné cette aventure qu’elle parvenait à son terme. Cela incluait un certain nombre de personnes qui avaient suivi tout cela sur twitter. S’en est ensuivi quelque chose d’étonnant: des gens que je ne connaissais parfois que virtuellement sont venus à la soutenance, pour certaines de fort loin, et m’ont fait l’incroyable cadeau d’un livetweet (sous le hashtag #hdrABaillot) que j’ai rassemblé ensuite dans un storify avec...

0

Un compte à dormir debout

Passant insensiblement du mépris à l’inquiétude, les réfractaires à twitter commencent à s’inquiéter. Il est vrai que la tendance inflationnaire à intégrer des tweets dans des articles de presse prend des proportions nouvelles, en particulier depuis l’élection d’un tweeteur impulsif à la Maison Blanche. À force, quelques règles du jeu sont connues. On sait pour les 140 caractères. On devine bien, vu le niveau de certains tweets, que leur temps de rédaction et d’envoi est comprimé, comparable à la réaction d’un enfant à une vexation: billet retour avant d’avoir tourné songé aux conséquences. Mais de là à apprécier un article de presse...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search